01/12/2007

Avis à vous...

Quebec, août 2007

J'ai commencé par un premier blog. Depuis le planète Terre, j'envoyais des messages et, de l'au delà, j'ai reçu des réponses, j'ai eu des contacts. Alors je suis parti m'installer sur la planète Blog et j'ai ouvert un deuxième volet. Je serrais des mains, parlais du temps qui passe avec nos reflets... ensuite, troisième fenêtre, le retour sur Terre, où je nous racontais ce que j'avais découvert, ce que j'avais rapporté, ce qui avait changé.

Et voilà... Maintenant, je suis là, je ne suis plus le même, et l'autre est devenu si différent. J'étais parti à ma recherche, et je vous ai trouvés. Qu'allez-vous devenir ? Des ombres, des étrangers, des amis... Nous finirons par le savoir. Plus rien à voir avec un blog, je vous le dis.


10 commentaires:

  1. Analytique ou dialectique, le plan ?
    :)

    RépondreSupprimer
  2. e-cedric,
    je me demande si, dans le fond, ce n'est pas toujours une histoire de forme. J'aime bien l'apparence de ce billet, l'équilibre entre les lettres, l'image, les couleurs, rester à la surface, dans l'impression.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime ce billet, la photo, les mots.Du coup, je suis partie en route, sur tes traces... Que vais-je trouver ?

    RépondreSupprimer
  4. Sous les formes, le fond ...

    (c'est bizarre, ce changement de blogger, général, interdisant l'identification, autorisant donc les usurpations diverses)

    RépondreSupprimer
  5. Lieux communs dans l'espace infini...

    RépondreSupprimer
  6. Malvina,
    ce que tu as en toi qui me ressemble...


    e-cedric,
    1) La révolte déforme le fond.
    2) ?


    Katy,
    un message-aux multiples sens-qui me laisse rêveur.

    RépondreSupprimer
  7. Tout un chemin a découvrir à l'envers...

    Fil du temps à débobiner, fil d'Ariane qui permet de trouver un chemin dans un labyrinthe où se perdre semble aussi important que de se trouver.

    RépondreSupprimer
  8. Suite à ton porte manteaux, aujourd'hui j'ai noté ceci par inadvertance : L'homme est une fenêtre, elle donne sur cour, sur mer ou sur ciel c'est selon, parfois elle est emmurée. Celui qui est derière à l'intérieur ne sais même plus si c'est lui qui s'est barricadé ou s'il est victime. De dehors on ne le voit plus, à travers lui on ne distingue plus rien. La question alors, est de savoir s'il est encore là, j'aimerais m'efforcer de me poser encore la question.

    Je me relis et je ne vois toujours pas ce que j'ai bien voulu dire par là...

    RépondreSupprimer
  9. Corinne,
    ... voilà qui fait partie de l'inespéré.

    Chris...,
    ...serait-ce à la question existencielle de Fishturn que tu me soumets ? ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir ou... Bonjour,

    Si j'ai bien compris, l'ombre laissera seule son empreinte dans le temps, dans l'espace, en dehors, en dedans...

    Depuis peu, j'ai découvert par un pur hasard (en cherchant un auteur) votre espace.J'ai commencé à lire, regarder... à re-lire, re-regarder.

    Riche et dense.
    Une recherche du moi continuelle, en passant d'un volet à l'autre.

    J'aimais bien vous lire. Tout simplement.

    Si vous laissez vos volets ouverts, je viendrai m'asseoir au dernier banc et continuer à vous lire sans bruit.

    Si non... bon devenir à vous, peu importe où votre recherche se poursuivra!

    Merci... ben... merci pour ce grand petit rien que j'ai pu capter ici, là...

    RépondreSupprimer