17/12/2007

Mon poème numéro 2



Je suis toujours étonné de voir tous les mots qui sortent de vos crânes, le mien est très discret, presque muet. Je cherche, tourne, pose, efface, je n'ai pas d'idée, pas la moindre imagination, un désert...

De temps en temps, je trouve un caillou, le ramasse, l'examine et vous le montre. Devant ce morceau insensé, vous inventez le monde et ma matière grise, si empâtée, se fluidifie, je la sens qui remue puis agite mes doigts et je découvre, premier surpris, ce qu'elle a mijoté. Ensuite, je ramasse les miettes et je compose un improbable poème...


14 commentaires:

  1. Peut-on être sans être ?
    Il semble que oui...
    ;)

    La description avec laquelle je suis d'accord, c'est que tu es vraiment cintrés, et tu sais que c'est une valeur sûre à mes yeux !8-).
    Pour le reste (du monde), c'est ta première vision qui éclaire les autres.

    RépondreSupprimer
  2. 1) Finalement, "être" n'est peut-être pas le bon mot, il nous entraîne sur une voie sans issue, nous fait nous tourner sur nous à en perdre la tête ( tu vois, ça recommence... je ne sais pas d'où ça vient.)

    2) ;-) :-) :-))) "cintré" , on me l'avait jamais dit, mais ça me ravit.

    3) Personne n'a jamais pu situer le début. Nous clignotons.

    (-: Merci pour ces mots :-)

    RépondreSupprimer
  3. Merde, j'ai un caillou
    dans ma chaussure.

    RépondreSupprimer
  4. Je ramasse sur le sol cette pierre que tu déposes et je la regarde étonnée de son originalité et des mondes qui s'inventent autour...

    Et le silence s'en suit...

    RépondreSupprimer
  5. bien...Car la poesie c'est la naïveté.

    RépondreSupprimer
  6. Les effluves de cette matière grise qui a mijoté traversent les écrans et viennent chatouiller les papilles de ma perception...

    RépondreSupprimer
  7. empathie, communication, stimulation, transformation, création
    les voies et les voix de la vie qui mènent en poésie
    pourquoi se taire quand la chaîne des mots nourrit les âmes ?

    et qu'est notre monde si ce n'est un insignifiant caillou ! et pourtant... il définie l'univers

    RépondreSupprimer
  8. On a toujours besoin d'un petit caillou chez soi ....

    :)

    RépondreSupprimer
  9. que ton blog est beau
    c'est un grand plaisir de venir ici
    c'est comme une île au milieu
    des étoiles

    bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  10. "La grande aventure, c’est de voir surgir quelque chose d’inconnu, chaque jour, dans le même visage. C’est plus grand que tous les voyages autour du monde."

    AG.

    RépondreSupprimer
  11. Melo,
    Le caillou dans la chaussure, traduction exacte du scrupule dans la conscience...

    Corinne,
    Le monde est toujours ainsi, mais nous avons la fâcheuse tendance à en parler avec de fausses vérités très polies. On croit se rassurer en répétant ce qu'on a déjà entendu. Dès qu'on accepte de renoncer à ce savoir, on se remet à voir.

    Fishturn,
    La naïveté comme prélude à l’humilité.

    Bridget,
    Un passage qui m’arrache un sacré sourire.

    Mijo,
    Un insignifiant caillou qui s'est mis en tête de défier l'univers au risque de sa chute. Quelle bien étrange affaire...
    (Ceux qui interpréteraient cette sortie comme la preuve d’un orgueil quasi-démesuré se trompent, il ne s’agit pas de mon petit caillou perso, mais de notre vieille Terre commune.)

    If6,
    Un boblog !
    Merci. Un jour, un élève, très petit, que je complimentais sur son travail, m'a répondu, très sérieux, " je fais de mon mieux"
    Bonne journée.

    Malvina,
    ;-) Un jour, un ami m'a rapporté un pavé de Prague. Ce caillou est posé sur mon bureau. Depuis, de chaque voyage, je ramène un caillou, j'ai des petits bouts du monde qui traînent un peu partout.


    Fishturn 2,
    Je ressens une légère résistance mais je ne trouve pas le passage, une méfiance devant la vérité nue, peut-être ?

    RépondreSupprimer
  12. Moi je suis juste venue dire que ce texte ne me lâche plus.
    Je repasse pour vérifier la tenacité de l'effet. Toujours pareil. Alors chapeau, je sais pas pourquoi, mais j'aime.
    Parce que je m'y retrouve, parce que je vous y entrevois. Parce que l'ombre de vos mots s'est légerement soulevée pour que je puisse vraiment les savourer.
    Les petits grains m'ont toujours plu, mais. Un peu trop tarabiscotés peut être. Ou les commentaires me décourageaient, je me sent un peu insignifiante à côté de ces de jeux de mots dont je ne saisis pas les règles.
    Bref je voulais juste dire que celui ci je m'en suis fais une petite copie manuscrite, pour mon petit cahier, parce que j'aime etc et que j'espère que ça ne pose pas de problèmes ?

    RépondreSupprimer
  13. Tifenn,
    Très touché.
    Voilà un très joli cadeau de Noêl.
    Tu resteras La Lectrice de mon poème numéro 2.

    1) C'est un drôle de poème, qui n'a pas d'auteur identifiable, une somme réduite à sa plus simple expression.

    2) Les commentaires sont pour moi, essentiels. Nous sommes ici dans un espace de malentendus, Ils montrent notre volonté de nous entendre quand même. Ils sont l'effort que l'on fait pour se rapprocher malgré la distance. Je trouve qu'il est très difficile d'intervenir sur un blog sans être maldroit, inutile voire incongru. Pourtant, avec certains, s'installent une proximité et une confiance qui facilitent la relation, libèrent la pensée de toutes les contraintes sociales. C'est alors que surgit cet esprit collectif, détaché des individus.
    (Par exemple, une telle remarque ne me serait jamais venue sans ton com. )

    4) ... Et que quelqu'un, sur cette Terre, souhaite recopier ces quelques lignes, ne me pose pas de problème... à part l'idée de devoir écrire, un jour, un poème numéro 3 :-))

    RépondreSupprimer
  14. Improbable ?? vraiment ? Sans imagination dites-vous ?
    cat

    RépondreSupprimer