10/01/2008

Rien à dire ...



( Je me promenais, je regardais, j'admirais, dans ma p'tite tête, j'me disais, ah ouais, tiens je savais pas qu'il avait été surréaliste, je rattachais pas ses drôles d'objets à ce mouvement, ouais, là c'est un peu facile, ce geste toujours répété, on sent l'exigence, mais parfois aussi la paresse, la vanité, même masquée derrière l'austérité, ah oui, ça j'aime, et ce dessin, si simple, un bel équilibre, enfin, je traînais mes clarks sur un faux rythme, prenant les travées à l'envers, m'approchant trop près ou restant éloigné et puis, l'arrêt, saisi, vite, évaluer l'angle, sortir l'appareil, discret, appuyer en aveugle, une seule chance. Voilà, je me suis dit, tout est là, disposé exactement comme ça, on peut pas le dire...)


14 commentaires:

  1. Riens à dire tout est dit tout est là...

    RépondreSupprimer
  2. ... Quelle solitude...
    C'est un plume de Michaux qui traverse les grandes épreuves de l'esprit ?
    L'aumône d'un brin d'herbe lui sera t-elle accordée ? Même d'une ortie. d'une ortie même seche, lambeaux fanés d'une vie qui s'est enfuie devant la mer de ciment qui sans cesse, immobile gagne du terrain, et du pas, et de la pensée...

    RépondreSupprimer
  3. D'un monde à l'autre
    le petit prince est un enfant

    enchâssé dans son bloc
    au centre de la pierre de solitude
    qui lui colle aux pieds
    l'homme(on le devine) verticalité de sa posture, en attente du petit prince?
    bonne journée caillou!

    RépondreSupprimer
  4. Non, pas d'accord. L'immensité qui fit tant peur à Pascal (cette petite chose qu'est l'homme pas même au milieu de la table blanche de l'univers) donne à d'autres l'étendue de leur liberté d'action.

    Il y a un jeu à jouer ;

    Il y a à dire le reflet de ce giacome dans le miroir noir et vertical ... ;

    Il y a à dire que dire n'avoir rien à dire c'est espérer entendre dire - se placer donc de l'autre côté. Combien de temps ?

    Il y a des obstacles à balayer. "Ce fichu moi, toujours lui" ?

    Il y a une volonté à exprimer, un OUI ;

    Il y a une histoire à reconstituer et puis à mettre ENFIN de côté, un NON.

    Il y a un travail à privilégier, une tâche à laquelle se fixer, un travail de collaboration à découvrir. "L'autre", tu sais ? ;-)

    Quand on est peintre - fut-ce peintre sans escale - il y a à peindre et puis à fermer s... (censuré ;-) - n'avoir rien à dire" ?)


    Dès lors qu'on a soi-même rompu avec l'habitude de ne parler que pour se faire entendre, comment pourrait-on avoir quelque chose à te dire si tu n'as rien à dire ? Ah oui, te titiller, te provoquer, t'inspirer peut-être ...

    Ca le fait ? ;-))

    RépondreSupprimer
  5. Ce rien à dire génère beaucoup de paroles.... ;))

    RépondreSupprimer
  6. Mais dire, c'est bien toujours dire à quelqu'un l'ami. Or notre giacome, sinon au photographe, à qui dire ?
    "Dire", c'est bien n'est-ce pas une manière de dire "l'autre", qu'en dis-tu ? c'est lourd et reserré une vastitude en mal de visages et de voix. Tu vois, il y a un regard encore possible à la marge de ce que tu dis je pense fondé sur ce qui est ici posé comme une très belle expression de la condition humaine: cette voix dans le silence et ce pleur d'enfant dans un lit trop grand.
    Bien sûr que différent de toi je suis dans l'affectif quand tu es dans une approche plus nominaliste, mais on peut aussi inspirer notre hôte en disant banalement mais sincèrement "c'est beau ce que tu fais! "

    RépondreSupprimer
  7. aujourd'hui moi non plus je n'ai rien à dire et hier , et demain, à toute heure du jour & de la nuit rien autre que desespérance des mots, des desirs ,dispersion
    flottement sur la mer de chine, insoumission et errances -ici- en attendant le retour de la grande Ourse...

    RépondreSupprimer
  8. Ce matin RIEN
    RIEN, je n'ai RIEN fait
    Juste une balade de RIEN du tout
    Sur un blog que je viens de découvrir, il n'a RIEN à dire et pourtant j'y ai passé un bon, très bon moment...
    RIEN à dire à ça
    Je reviendrai même si je n'ai RIEN à faire et même si j'ai TROP à faire

    RépondreSupprimer
  9. Cantabile - voilà qui est bien, fut-il rien, dit. Ainsi nous convergeons ici tous les cinq ou six, peut-être : le rien même s'auréole parfois d'une beauté qui apaise alors son plus désespéré portefaix.

    Eh eh ... "rien à dire et tu pleures ? C'est que tu ne t'es pas encore assez débarrassé !"

    RépondreSupprimer
  10. Je reste sans voix, accoudé à la fenêtre...

    (off : " une part de moi est devenue Caillou. C'est lui qui a appuyé, c'est lui qui savait. Je le laisse faire...")

    RépondreSupprimer
  11. aujourd'hui, j'étais John Wayne :
    http://fr.youtube.com/watch?v=7IpEnsdXwFM

    RépondreSupprimer