08/03/2008

...


Je suis le hors-sujet, je réside dans l'inexistence, je ne sais pas ce que je dis, ce que je suis, j'attends le frôlement...


5 commentaires:

  1. ah! et si le frôlement l'effaçait le bonhomme à la craie?
    moi, je pense qu'il devrait lever le bras et pousser la porte plutôt!
    sauf la moitié, bien sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Toc toc, y a quelqu'un ? :)
    (Je connais la réponse, c'est non, ici il n'y a presque plus personne, au point que ça attire de plus en plus de monde pour converser avec cette absence...
    Joruri

    RépondreSupprimer
  3. Kintana, Johuri,
    Je raconte toujours la même histoire, celle de l'être,
    j'en parle sans raison, poussé par les mots qui se présentent. Il y a un double mouvement, celui du regard qui capte des signes, et celui de la langue qui articule péniblement. J'écris comme ça vient. Mais les mots et les images ne sont pas innocents, ils traduisent le monde et expriment l'impensé, là où nous nous retrouvons.

    RépondreSupprimer
  4. un frôlement, une caresse, juste pour prendre vie et rien d'autre ...
    merci
    cat

    RépondreSupprimer
  5. Cat,
    Je ne me lasse pas de cet entredire, cette douce et légère onde de chaleur, humaine. Merci de ce passage.

    RépondreSupprimer