14/12/2008

Décembre



Hier, il était là, planté au milieu du chemin...

22 commentaires:

  1. et demain, il sera éparpillé dans l'air du temps jusqu'au moindre neutron, ne laissant de traces que dans quelques cerveaux embrumés, grâce à la magie temporaire des bits.

    RépondreSupprimer
  2. Ouais enfin, la magie des bits, n'exagérons rien... Tout le monde s'en bat les... la truffe... Sur je ne sais combien de blogs mis en branle il y a quelques années, il n'en reste plus que, pour être précis, beaucoup moins... Alors hein ? faut pas exagérer non plus...

    RépondreSupprimer
  3. Coyotte,
    J'emprunte ce chemin depuis des années, je ne l'avais jamais vu, pourtant il est en plein milieu du sentier. Cet arbre, qui hier n'existait pas, a été arraché, en douceur, à la nature pour entrer dans la culture. C'est le découpage du réel qui détermine la vision du monde. Hop.

    Fox,
    Chaque Blog, entendu comme laboratoire de la conscience, est amené à disparaître dès que son auteur a apprivoisé l'étranger qui l'occupe.
    (c'est juste pour rire, bien sûr, que je dis des trucs comme ça...)

    RépondreSupprimer
  4. bizarre moi je le vois comme l V de la victoire...
    laquelle je ne sais pas...

    RépondreSupprimer
  5. C'est chez toi ça?... Ca a l'air cool... attends un peu, j'ai du mal avec tout ce fatras...:)))... pas terrible, bouge pas j'en ai un autre LOL, j'ai encore merd...

    RépondreSupprimer
  6. menfin,
    La Sainte Victoire !!! (cette photo a été prise à quelques mètres du sommet ;-)

    Fox,
    c'est pas moi qui parle, c'est celui qui est dedans et que je cherche à faire sortir;-)

    RépondreSupprimer
  7. En voilà encore un qui se met à exister. Par contingence, comme ça pour rien, et en noir et blanc pour se la jouer un peu. Ça le fait.

    RépondreSupprimer
  8. C'est lui, cet arbre qui chatouille le ciel pour en faire tomber les blancs confettis..

    Et comme quoi les arbres savent parler !
    Très beau...

    RépondreSupprimer
  9. Je l'aurais plutôt vu "au bord du monde", moi...

    Alma

    RépondreSupprimer
  10. j'ai plutôt eu l'impression que c'était le chemin qui en avançant avait rencontré un arbre
    une envie de racines sans doute
    raconté par un caillou, alors...
    quant à la neige, cette couvreuse,
    elle possède d'étranges pouvoirs
    Méfions nous

    RépondreSupprimer
  11. Hier, il était là, planté au milieu de l'écran...

    RépondreSupprimer
  12. Bon d'accord...

    Aujourd'hui il est là, planté devant moi.

    On va ou ?

    RépondreSupprimer
  13. Monsieur Caillou, vous filez un mauvais coton.
    Vous amusez vos petits camarades, vous dessinez dans vos cahiers, vous n'en faite qu'à votre tête, vous prenez tout pour vous et vous ne sortez pas assez couvert.

    Il va falloir vous ressaisir, si vous existiez...

    RépondreSupprimer
  14. « Si vous n'avez aucune relation avec la nature alors vous n'aurez pas de relation avec l'homme. Les champs, les forêts, les rivières, les arbres, toutes les merveilles et beautés de la terre, c'est la Nature. Si cela ne vous dit rien alors nous ne pourrons jamais avoir de relation les uns avec les autres. » Krishnamurti

    Le vent, la lumière… et même des gens en train de prendre des photos, c'est beau dehors !

    * s'en retourne à ses écritures *

    RépondreSupprimer
  15. Mince tu as gelé avec !!?
    hum ?

    ;)

    RépondreSupprimer
  16. F,
    Coucou fish

    Cult,
    Krishnamurti a l'évidence de la vérité, alors moi je m'en méfie. Il pousse l'homme au silence.

    Katy,
    J'ai pris froid à traîner, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  17. C'est le silence qui fait l'homme (et celle là, je vais la garder pour plus tard). Non sérieusement, il n'y a pas de voie krishnamurtienne et je me doute qu'on doit arriver à pas grand chose si on devait en suivre une. Par contre ça calme bien au niveau des conditionnements. Et là, je l'admire.

    RépondreSupprimer
  18. Cult,
    Il a un charme auquel il est difficile de résister, mais il nous montre un voie trop facile. Si on l'emprunte, on devient tout de suite un saint, plus de croix à porter, de doutes, de sombres tracas et autres amuse-gueule, il faudrait jeter les crayons, les pinceaux et autres instruments de torture, non merci.;-)

    RépondreSupprimer
  19. Pour avoir essayé de la suivre, comme de suivre les enseignements de Maître Philippe de Lyon je peux dire que ce ne sont pas des "voies faciles", les saints le deviennent justement parce qu'ils apprennent à accepter les sombres tracas et les croix à porter avec le sourire. Ainsi ils évitent de se faire encore plus de mal. C'est un sujet passionnant en soi. Et je comprends qu'on puisse aimer souffrir et que la révolte soit un idéal romantique. :-)
    Pour celui qui sort de la souffrance ne serait-ce qu'une semaine il est accordé beaucoup de paix cela dit.
    Et c'est Richard Bach qui écrivait : "les problèmes sont des cadeaux" dans Illusions.

    Et là je ne sais pas comment conclure, alors je ne le fais pas. Ah !

    J'espère que ça va vous… j'ai failli passer à Marseille cette semaine et je vous aurais salué avec plaisir. Et je serais allé voir cet arbre aussi (à défaut de la Sainte-Baume que je n'aurai pas vu en 2008).

    Prendre un café sur le port est toujours un immense plaisir pour moi.

    RépondreSupprimer
  20. Cult,
    Je dis ce qui me passe par la tête, je suis sans intention.
    Il n'y a pas d'issue, pas de chemin, juste nos soubresauts et l'illusion, à force d'invention, que le monde a un sens.
    Cela dit, rien ne nous empêche de nous choisir un destin.
    A part un rhume tenace, la vie est belle, vue d'ici ;-))
    ( et un jour, parcourir les chemins de la Sainte Victoire et boire un café au Tholonet, bien sûr, volontiers.)

    RépondreSupprimer
  21. It seems my language skills need to be strengthened, because I totally can not read your information, but I think this is a good BLOG
    jordan shoes

    RépondreSupprimer