26/12/2008

et oui...



Nos mondes perceptifs sont absolument non communicants et cependant parfaitement accordés. L'écran matérialise la paradoxale coïncidence de notre réciproque cécité. Hop.


(Musée des Beaux Arts, Cracovie, février 2008)

7 commentaires:

  1. L'écran dématérialise la raison d'être d'entre les êtres et leurs ombres complètent la nuit, du haut dans l'entendement.

    RépondreSupprimer
  2. Et sinon j'améliore vach' mes scores à Sonic la malédiction du hérisson.

    RépondreSupprimer
  3. Nous étions un ensemble de coïncidences, et nous voici des coïncidences ensemble.

    RépondreSupprimer
  4. F.,
    En lisotant, je note des trucs que je détourne, déforme, découpe et plie, ça fait toujours un mobile. Une fois posé, je le laisse tourner et je regarde dans quel sens il va. Cet extrait décrivait les rapports qui existent entre la mouche et l'araignée. A la place de l'écran, il s'agissait de la toile. Plus j'y pense et moins je suis convaincu par cette hasardeuse transposition. J'irai, maintenant, jusqu'à dire que c'est précisément le contraire pour les hommes : des mondes perceptifs hypercommunicants et partiellement voire totalement désaccordés.
    (Bon, on m'appelle ;-)

    RépondreSupprimer
  5. A personne en particulier,
    Ce matin, je dirais :
    Ici, nos mondes perceptifs sont absolument non communicants et cependant parfaitement accordés alors que de l'autre côté, dehors, ils sont hypercommunicants mais partiellement, voire totalement, désaccordés. (Y'a un truc qui m'échappe)

    RépondreSupprimer
  6. I think I come to the right place, because for a long time do not see such a good thing the!
    jordan shoes

    RépondreSupprimer