04/12/2008

...



Je n'écris plus rien, ou si peu, mais n'allez pas croire que je reste le bec fermé à regarder passer les nuages. Non, ça gargouille, mais j'ai la flemme de mettre dans l'ordre, une grosse paresse, un énorme à quoi bon. Souvent, je m'agite et je parle, je dis des choses qui m'étonnent quand je les écoute, je suis le premier surpris par ce qui sort par ce trou là, idées insensées, prophéties, analyses précises ou délirantes... le plus souvent, c'est très confus, ça sort par hoquets, une constipation mentale, des bruits, infect... bon, je sais plus ce que j'étais venu raconter, et bien, voilà, qui est encore plus surprenant, ce matin, très tôt, je lisais un texte sur ce photographe schizophrène, Nebreda, qui se couvrait d'excréments, et l'auteur de l'article de trouver que le caca c'était un des rares sujets (objets ?) qui restait tabou dans nos sociétés, et ça m'a fait penser à Piero Manzoni qui expose dans les plus grands musées du monde des petites boîtes de conserve contenant le produit de ses défécations... Voilà, voilà, et ben, y fait déjà nuit, c'est l'hiver, on dirait.

20 commentaires:

  1. Le "du qui sent bon" à éclaté avec la bulle de savon j'crois bien !!
    ;)

    Sinon le truc qui marche toujours pour éviter la constipation mentale (j'aime l'expression) c'est ce genre de joli petit livre que j'adore :
    http://www.decitre.fr/gi/11/9782211086011FS.gif

    RépondreSupprimer
  2. CITATION

    //à voir ce que l'on fut sur terre et ce que l'on laisse
    seul le silence est grand
    tout le reste est faiblesse//

    RépondreSupprimer
  3. 1) Parole d'artiste entendue quelque part "Tu n'es pas obligé de savoir pourquoi tu fais ce que tu fais": Voilà un faire taire intéressant ...

    2) Je pense que Manzoni aurait dû laisser plus de latitude à ses admirateurs en intitulant ses boîtes plutôt : "Putain de merde d'artiste".

    RépondreSupprimer
  4. Cacati,
    Je cherche à parlêtre sans arrière pensée ;-)


    Mijo,
    Très amusant, je trouve.

    Pixel bleu
    Comment peux-tu en être si sûr ?

    Varna,
    1) "parole d'artiste" ? ;-) Il n'y a pas d'artistes, que des hommes qui s'occupent comme ils peuvent. Et moi, je sais très bien ce que je fais. Je ne sais pas ce que je vais dire, écrire ou dessiner mais je m'obstine à poser des limites, un cadre, à me mettre en conditions pour qu'un éventuel évènement se produise, qu'un geste surgisse et que je sois là, attentif pour en être le témoin : parole, dessin, mouvement, rencontre, échange...

    2)Ce que j'aime dans l'art, c'est le désordre qu'il crée, obligeant à regarder les choses autrement, dérangeant sans violence l'organisation à laquelle on s'était attaché.

    RépondreSupprimer
  5. Est-il possible que je (ou autre) serve de toile à un peintre ? Si celui-ci me file une baffe, je ne vais pas admirer ce nouveau procédé de mise en couleur (sur mes joues)!

    Moi je m'obstine à refuser toute pure recherche d'effet !!! Où est encore l'expression quand elle n'est QUE communication !? Veut-on me convier à une expérience et nommer celle-ci "expérience de l'art" ? alors tout est art puisque tout est expérience ! Et alors oui, il n'y a plus d'artistes ...

    Hips, à la vôtre ! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Hé oui, ni de bloggeurs pure souche. C'est pourtant un bel outil, le net et clair.
    L'huitre, c'est un état d'esprit, et comme rien ne dure dans le train-train...
    Santé!

    RépondreSupprimer
  7. Varna,
    Je comprends bien tes réticences à ne pas déranger l'ordre établi, et, comme l'expert, à préférer peaufiner les détails du bel ouvrage. Je préfère m'amuser à tout envoyer promener et marcher vers ma folie, à mon rythme. ;-)
    Je n'ai ni le courage du sérieux ni l'intention du devenir...
    Hier soir, à force de rire je suis tombé du fauteuil et ce matin, j'avais mal au genou. Voilà, c'est un peu comme ça que je vois les choses. ;-)

    RépondreSupprimer
  8. "Je comprends bien tes réticences à ne pas déranger l'ordre établi"

    Ben c'est pas un peu de merde qui foutra le feu aux cervelles comme le susdit le fait, m'est avis.

    RépondreSupprimer
  9. Joruri,

    1) je taquine le maître (il ne doit pas y avoir de maître)

    2) tu n'es pas très poétique avec moi, es-tu fâché, t'ai-je contrarié, tu boudes ?

    RépondreSupprimer
  10. Les termes psychopathologiques ont envahi nos blogs !!!

    Votre blog est très joli graphiquement (enfin moi je trouve mais j'y connais rien, justement c'est pour ça que je peux en parler).

    Par contre je ne sais pas mais j'ai vraiment l'impression que les gens ne vont pas bien dans leur peau en ce moment, ça doit être l'hiver (hors sujet).

    Vive l'amour.

    Ah !

    RépondreSupprimer
  11. Y boudait pas, il s'interrogeait...

    RépondreSupprimer
  12. Cult ? The CULT ? Chouette.
    Mon blog suit les mouvements de mon âme.;-)
    J'aime bien lire ce que tu dis à Alméria.
    J'aime bien répondre à côté.
    Vive l'amour, seul devenir de l'être, seul être du devenir.
    L'amour est une chose simple qui repose sur trois fondements : le courage, la fidélité, la sincérité.
    J'aime bien dire des trucs comme ça.

    Hop.

    Joruri,
    Je te crois pas. ;-) Tu boudes.

    RépondreSupprimer
  13. L'Amour est une chose qui ne s'explique pas et qui n'a pas besoin de raisons pour exister et se manifester. C'est une énergie gratuite qui, mal utilisée, peut tout détruire dans un être. J'ai longtemps été esclave de pulsions que je prenais pour de l'amour et puis on m'a aidé à y voir un peu plus clair et à apprendre à ne rien attendre parce que je n'avais besoin de rien. Enfin, j'avais besoin de m'en donner de l'amour, alors c'est ce que je fais et ça va beaucoup mieux. J'ai appris à tout accepter, même la mort d'une personne chère.
    Il y a 3 ans j'étais dans un état de profonde dépression et on m'a pris la main gentiment, on m'a proposé de faire un chemin en solitaire que j'ai fait. Il a fallut que je brûle toutes les illusions qui me maintenaient dans la peur. Et puis quand je suis sorti de ça j'ai voulu dire "je vous aime" à la personne qui avait été là pour moi, elle était déjà très malade et je ne sais pas ce qu'elle est devenue, elle a disparu en avril dernier, silence complet. J'ai pris sa place pour la faire vivre en moi et pour agir avec honnêteté vis-à-vis d'autrui. Cette jeune femme avait tellement d'amour et de sincérité en elle qu'on ne pouvait lui mentir. Je suis devenu comme ça, avec moi ça ne dure jamais très longtemps si on ne se tient pas bien droit.
    Je suis dans l'état où j'ai tout perdu ou alors tout à gagner. C'est passionnant !

    Je viens ici justement parce que je ne lis plus Alméria. J'ai beaucoup apprécié aller chez elle mais je me suis dit que j'avais un rôle perturbateur qui signifiait qu'inconsciemment je pensais pouvoir l'aider. Donc il n'y aura plus de commentaires là-bas, désolé, j'ai dit ce que j'avais à dire. Et puis je ne pense pas que ça l'enchante de me lire en plus.
    Je l'aime beaucoup néanmoins, c'est quelqu'un de très beau.

    J'aime bien ici, tout ce vide me fait penser au silence qui permet de méditer et de se rapprocher de ce qu'on est.

    Ici je serai tranquille et sage comme une image ! :-)

    Ah !

    RépondreSupprimer
  14. Cult,
    Comme tu viens de crever l'écran, je ne vais pas répondre par une pirouette. A plus tard, donc.;-)

    RépondreSupprimer
  15. Bon euh… je me suis parjuré. Je me suis fait avoir, j'ai oublié d'effacer le fil RSS du blog d'Alméria et sa dernière note m'a fait rire. Du coup j'ai commenté.

    C'est comme : tu me tiens je te tiens par la barbichette ce truc.
    Du coup j'ai perdu.
    Mince.

    RépondreSupprimer
  16. It seems my language skills need to be strengthened, because I totally can not read your information, but I think this is a good BLOG
    jordan shoes

    RépondreSupprimer