09/02/2009

Stage



Quand, attaché à une chaise, je dois subir la torture du temps, immobile, je dessine indéfiniment le masque de mon dépit...


( Marseille, 9 février 2009, 13h30-16h)


( déjà vu...)

14 commentaires:

  1. comme il y a 30 ans!!!!
    biz Piero

    RépondreSupprimer
  2. Hé bien le masque de ton dépit a belles gueules ! J'aime beaucoup. Caillou, je t'inscris d'office à tous les stages PAF: pif pof, t'es public désigné !
    Oui, c'est embêtant, oui. :)

    RépondreSupprimer
  3. hum... le masque de ton dépit ou... ton masque de dépit ? (pffiou, j'en suis en nage...)

    Il est tant étrange qu'intéressant de se surprendre à revisiter notre hémisphère cérébral droit lorsque l'on a un crayon à la main et du temps à tuer... Y'a plus qu'à décliner le test de Rorschach !

    RépondreSupprimer
  4. stage de l'Education Nationale obligatoire? alors si et seulement si c'est cela, faudra bien que je me console de payer des impôts, en imaginant que je le fais pour donner libre champ au crayon de dépit d'un quelqu'un... Toujours ça de gagné si le dépit ne se transforme pas en colère, non?
    Hum... je suis souvent pleine de mauvaise foi avec les enseignants :-)
    En plus, les empilements de trois têtes, sur la deuxième page, me racontent encore une fois ce cher Freud... ah! que je suis de mauvaise foi, mais avec délectation et une douce pensée pour le caillou-volant à travers le net...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Et ces masques, quand est-ce que tu les produis vraiment de tes mains, en 3D j'veux dire ?

    RépondreSupprimer
  6. Piero,
    Nous n'avons pas changé ;-)


    Odile,
    ... On est venu me chercher pour participer à ce stage, flatté, j'ai fait un peu ma coquette, et j'ai accepté... pas encore assez humble pour refuser, je ne résiste pas aux compliments, n'abuse pas ;-)


    Angelina,
    OUI ;-) Comment s'échapper, le cerveau cherche un passage et la main traduit ses tentatives désespérées.


    Simon,
    Comment expliques-tu le phénomène suivant: je suis gaucher et dessine donc de la main gauche sur le papier, mais, sur l'écran, je dessine avec la souris, que je tiens, de la main... droite. Alors ?


    Kintana,
    J'ai abandonné l'idée de la colère, pas assez subversif. Je préfère démonter les mécanismes approximatifs, dévisser les lanternes... (Il n'est pas très bon de m'avoir comme stagiaire si l'organisation et le travail laissent à désirer, j'appuie, sans retenue, là où ça fait mal, je m'amuse beaucoup. Quand c'est intéressant (préparé et structuré) je suis plutôt un bon client, "participatif" ;-)

    Lyriann,
    Je ne veux rien ajouter au monde, il y a bien assez de chose comme ça.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas lequel me plait le plus ! J'adore... encore des réunions !!

    ça confirme bien ce que je pensais, tu traduis bien là ta double personnalité...
    ;)

    RépondreSupprimer
  8. Heu... ambidextrie cérébrale (pour continuer en vain sur mon histoire d'hémisphères...) ?

    (en tous cas, ces dessins questionnent aucun qu'ils font sourire, particulièrement la feuille du haut !)

    RépondreSupprimer
  9. Une torture au résultat très impressionnant, ces empilements de têtes à la fois inquiétantes et sympathique.

    RépondreSupprimer
  10. "Depuis quelques années, plus par vacuité que par nécessité, j'arpente les espaces consacrés aux cultures dites primitives. Je dois reconnaître que je m'y ennuie un peu, je ne sais pas quoi regarder, toutes ces statues, totems, figurines et autres plats ne m'évoquent rien, une accumulation insolite. Ils n'ont ni fonction ni sens dans mon humanité, ils ont perdu leur monde et on les a rangés là, aux objets trouvés. Curieusement, j'ai fini par m'habituer à cette tranquille pénombre, à m'attendrir... et découvrir, ici ou là, des étrangetés non dépourvues d'humour."

    RépondreSupprimer
  11. Simon,
    Je ne les vois pas, ils ne sont, pour moi, qu'une succession de traits, de rapports, une sorte d'équilibre à tenir, pas de début, pas de fin, ça commence et ça s'arrête, et ça recommence un peu plus loin, une sale manie, comme on s'arrache les cils, se tord les mains, grince des dents... ;-)

    Blue Jam,
    Il y a quelque chose qui résiste pendant le supplice, mais quoi ?

    Fishturn,
    Je n'avais jamais fait le rapprochement. L'évidence me cloue le bec.

    RépondreSupprimer
  12. Comment peut-on être torturé par le temps en le subissant ?
    Je ne vois que l'ennui -
    Il devait être vraiment long car les dessins sont vraiment d'une belle précision

    RépondreSupprimer
  13. Valériane,
    Le dessin, en obligeant la tête à se soumettre à l'ordre de la main, permet d'éviter le regard mortel de l'ennui.
    ( Sur un plan purement descriptif, ça s'échappe et ça s'étale, et ça s'arrête instantanément quand les jambes ou la langue peuvent remuer)

    RépondreSupprimer