30/04/2009

Anecdote



Chaque matin, nous devions prendre le train pour rejoindre un nouveau village et retrouver le chemin où nous l'avions abandonné la veille. Le premier matin, le train s'est arrêté à la première gare et n'est pas reparti. Impatients, on s'est tout de suite mis à râler, à pester contre les chemins de fer transalpins, on voulait, comme des enfants, voir encore le paysage défiler. Une dame en costume et casquette a fini par monter dans le wagon, elle a dit un truc et les passagers ont commencé à descendre. On s'est consulté, chacun a traduit ce qu'il avait cru comprendre. Petit à petit, le sens est apparu, la stupeur a montré le bout de son nez : quelqu'un venait de se jeter sous le train. Bon. On a pris nos sacs, en passant, chacun a essayé de voir quelque chose, mais ils avaient dressé pudiquement un grand drap blanc contre le train. Après on a pris le bus.

Remarque numéro 1:
Le train était direct. Il a fallu prendre quatre bus.

Remarque numéro 2:
Le lendemain, dans le journal, ils ont dit que c'était une personne malade et dépressive.

Remarque numéro 3 :
Elle s'était probablement penchée un peu trop dedans avant de tomber sur la voie...

12 commentaires:

  1. télescopage de l'individuel et du collectif
    tragique destin contre contre-temps
    la vie propose parfois de curieux croisements

    RépondreSupprimer
  2. Au final donc, c'est elle qui a pris le direct et vous a jeté du train.

    épreuve de vitesse >
    Esprit : 1 Matière : 0

    Pas de match retour.

    RépondreSupprimer
  3. C'était quoi son prénom ?

    RépondreSupprimer
  4. L'art, c'est la vie...et la mort.
    Dernier acte artistique : elle macule de ses viscères une rame de train. On cherche encore la tête pour comprendre le sens de cet engagement ultime.

    RépondreSupprimer
  5. Jac-zap >

    C'est le dedans qui te tient
    Quand il ferme son poing
    Du dehors il ne reste rien.

    RépondreSupprimer
  6. On dirait du Carver...

    RépondreSupprimer
  7. Le drap, tu sais bien que c'est ce que tu te mets sur la tête depuis un bon moment déjà. Une tite pomme ? : )))

    RépondreSupprimer
  8. Charivarii, Fishturn, Jap-zac ...
    C'est pour être votre prétexte que je reste, encore. J'aime vos mots inutiles, essentiels.

    Fox,
    Flatté. J'aime la poésie neutre de Raymond, débarrassé
    de l'affect, sans effet, presque nue.

    Pixel,
    Ce n'est pas un drap, c'est un buff, un délit aussi, depuis peu. ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Helas oui.
    Tu vois bien qu'il n'y a pas d'acte sans conséquence. Heu je crois pas. Pas encore.
    Hop! Une de plus. Dans le buff, hé!hé!hé!

    RépondreSupprimer
  10. Je rédige un commentaire sans plus d'utilité que chaque acte en ce monde.

    RépondreSupprimer
  11. La remarque numéro 3 me semble très pertinente. Tout comme l'information donnée par le journal, en remarque numéro 2.
    ;-)
    (euh, je ne devrais peut-être pas sourire, là... si ?)

    RépondreSupprimer
  12. Pixel,
    L'acte et la conséquence sont un seul et même mouvement, seul le passage du temps fait la différence.

    Fishturn,
    La somme des actes ne fait jamais le bon compte.

    M.
    Ton sourire est la plus importantes des remarques.

    RépondreSupprimer