25/05/2009

C'est quelqu'un qui l'a dit...



"L'écart entre l'image visible et la réalité invisible signale l'abîme indicible."



(Je me demandais d'où venait ce dessin... et puis, comme souvent, alors qu'on a décidé de passer à autre chose, un léger chatouillement continue à gratouiller, c'était donc ça, j'avais déjà vu ce drôle d'oiseau, ICI, même! ;-)

15 commentaires:

  1. et c'est Odile qui l'25 mai 2009 à 16:33

    - D'accord, mais fais pas trop le couillon au bord. Bonjour Caillou :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai trouvé ! Tes dessins me font penser aux illustration du Petit Prince !

    http://petitprince.podomatic.com/mymedia/thumb/1147734/0x0_1116272.jpg

    RépondreSupprimer
  3. Ah ! Odile ! Enfin !
    Je me demandais combien il faudrait que je fasse de dessins pour te faire réapparaître.

    Simon,
    Un air de famille, un cousin sûrement !

    RépondreSupprimer
  4. Le tout se déguise et se fait des farces. La blague de l'abîme reste sa favorite.

    RépondreSupprimer
  5. C'est ça ! Simon a trouvé !
    Tes dessins me font également penser au Petit Prince. La simplicité et la...candeur ? qui s'en dégagent.
    Bref, c'est chouette !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Tu peux pas savoir à quel point tes illustrations me font plaisir... (un boulot très astronomique en ce moment sur le sujet...)
    :)

    RépondreSupprimer
  7. et toujours "ce garçon étrange qui sautille dans son costume de carnaval" (j'oubliais)

    RépondreSupprimer
  8. les points qui manquent iront sur la note de Simon

    RépondreSupprimer
  9. Caillou a un Saint-Exupéry dans la chaussure... (ouais, ça va, je sors...)

    Fishturn, j'aime bien tes interventions parce que je ne les comprends que rarement du premier coup ! ;-)

    Tu es magnifique en volaille Caillou !
    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Simon > Au delà de l'esthétique. Un dessin souvent, raconte une histoire, un vécu dont l'homme cherche à reprendre consciemment ou inconsciemment le contrôle. L'émotion et le désir viennent alors compléter une réalité qui ne peut être exprimée par des mots.

    Il appartient à celui qui regarde, le choix de chercher ce que le dessinateur a voulu dire, ou de ne point s'en soucier pour emmener l'image dans son propre monde, dans sa propre histoire.

    Les mondes du blanc d'entre les mots, ou si tu préfère : "le mouton que tu veux est dedans".

    Petit fragment de ce que à quoi on joue ici sans y penser.

    RépondreSupprimer
  11. Il n'y a rien d'invisible dans la réalité, tout est là. Cette évidence nous pousse à l'impossible : mouler nos représentations invisibles sur une réalité omniprésente mais insaisissable. Cela pourrait être un délire inscrit dans nos gènes, mais ce qui le conforte et l'entretien, c'est que nos images sont opératoires : elles transforment la réalité.

    RépondreSupprimer
  12. Ah ! ;-)
    Toujours aussi bon de revenir faire un tour sur ce radeau : j'y trouve à coup sûr les moutons que je veux !

    RépondreSupprimer
  13. les pixels de nos écrans plats proposent (imposent?) leurs images, les dessins (tes choix, leur exposition) ont le dessein de fabriquer les idées,de fertiliser l'imaginaire.
    Ici, la récolte est faste!
    Stay us into the moon.

    RépondreSupprimer
  14. Je vais essayer de me contacter et me reconnecter... (mais se réparer seul sans mode d'emploi n'est pas aisé;-)

    RépondreSupprimer
  15. T'es vraiment un drôle d'oiseau!

    RépondreSupprimer