28/06/2009

Jour de fête



Il y a, chaque année, une journée plus longue que les autres, un jour à part, redoutable. C'est la fête de l'école. J'ai une conception particulière de ce moment. Je déteste les manifestations mercantiles, tournées vers l'agitation inutile, l'excitation stérile. Cette année, j'ai encore enfoncé le clou en supprimant le loto, le carnaval, la tombola et la kermesse. Inutile de dire qu'on m'attendait au tournant. Plusieurs fois, ils sont montés à la charge, protestations et réclamations. A chaque fois, je me suis montré intraitable, la fête de l'école ne peut pas être un divertissement consumériste, seul jour où enfin, on pourrait s'amuser, NON, désolé, je ne suis pas d'accord, et cette année, j'ai poussé le bouchon loin, atelier d'artistes, visites d'exposition, théâtre, randonnées, reportages video, classes scientifiques, géologie..., du culturel et du naturel, rien de frelaté.
Vendredi soir, c'était la présentation des travaux et ... la chorale. J'ai pris l'habitude, avec le temps, de l'animer. Je suis nul en musique, j'agite les mains au hasard, remue les lèvres sans émettre le moindre son, mais comme personne ne le sait, tout le monde y croit. Ils étaient donc tous là, les enfants devant moi, plus d'une centaine, haut blanc, bas bleu, petits et grands alignés et coiffés, bien droits, prêts, dans mon dos, les familles et sur les murs, les kakémonos flottaient. Je vous assure, ça avait de l'allure.

Kakémonos, préparation dans la cour, juin 2009

14 commentaires:

  1. Je voudrais bien retourner à l'école moi pour ça !

    RépondreSupprimer
  2. Et bien nous à l’école de mon fils, il y avait Kermesse, et tout avait bien commencé avant de s’y rendre. Au départ moi j’étais pas chaud faut dire, mais sa maman m’a dit « Soit un peu charitable pour une fois, rend toi compte, là bas c’est la maîtresse qui imite la cloche à 16 heures, ces gens là n’ont plus un sou. » J’ai dit « d’accord ».

    Comme première attraction, nous avons pratiqué la queue pour acheter les billets de tombola et assisté à un combat de mères dont l’une, parait il, avait pris la place de l’autre dans la file d’attente. C’était pas mal. Ensuite nous avons mis les billets dans l’urne, et j’ai bien contrôlé qu’on ne les y jette pas avec les talons, parce que le papa de charlotte lui c’est ce qu’il a fait, et même que Charlotte elle pleurait tandis que son papa lui expliquait à genoux, qu’il n’allait pas refaire la queue pour en acheter d’autres, parce qu’il faisait chaud, parce que ce n’était pas important, parce qu’il était fatigué, parce que la maîtresse pouvait bien joué de la trompette dans la cours il n’en avait rien à foutre. Le papa de Charlotte me semblait au bord de la crise de nerfs.

    Comme j’avais promis d’aider un peu, dieu sait ce qui m’a pris, on m’avait attribué la responsabilité du stand « le chamboulle-tout ». Un jeu parfaitement intéressant, ou les enfants dégommaient des boites de conserves montées en pyramides tandis que je les replaçaient au fur et à mesure, et que je courais ramasser les balles de tennis qui roulaient en dehors du stand dans la foule. J’ai vite refilé ma place à une maman anonyme qui passait par là, prétextant devoir remplacer quelqu’un d’urgence au stand de la course en sac. Comme je n’étais pas très fier de moi, j’ai envoyé un texto à un copain pour lui raconter, et celui-ci m’a répondu « Tu te débrouilles comme un chef ».

    Je ne suis pas allé au stand de la course en sac, une activité qui me rappelait trop mon enfance dans les Vosges. De ce temps où les kermesses tournaient mal, ou l’on retrouvait les sacs noués et flottants à la surface de la Vologne, les parents planqués dans la forêt fusils en mains, à l’affût de quelques journalistes parisiens pour un tir aux canards sublime, forcement sublime.

    Je suis parti accompagner mon fils à un autre jeu : Une demi heure de queue pour une activité de trente secondes qui consistait, les yeux bandés, à coupé un fil avec un ciseau. Du dit fil pendait un Carambar parfaitement conforme à ceux qu’on a par paquets de cinquante à la maison. J’étais sidéré (dans le sens évanoui).

    Pour me remettre un peu, je suis parti chercher une part de tarte au stand de « lesgateauxfaitparlesparents ». J’ai opté pour une part de quiche lorraine dont on pouvait parfaitement reconnaître au moins l’un des ingrédient : le sel. J’ai mis un peu de temps à la manger ; je n’étais pas tranquille.

    Nous sommes partis dès que nous est venu à l’esprit des idées de terroristes. On n’est pas restés pour les résultats de la tombola. Je ne saurai jamais si mon fils avait gagné une lampe de poche.

    RépondreSupprimer
  3. Fox,
    La conviction finit par emporter l'adhésion.

    Fée d'été,
    Tu es la bienvenue l'année prochaine, c'est portes ouvertes.

    Fish,
    Le vécu pur jus ou quand l'absurdité enserre l'homme dans ses filets gluants, je ne me lasse pas d'écouter le récit des survivants.;-)

    RépondreSupprimer
  4. Ah mais tu es écrit aussi, c'est bon ça !! Et cette histoire de fête de l'école me fait froid dans le dos ;-)

    RépondreSupprimer
  5. J'allais dire c'est cool, parce que les fêtes de l'école, j'ai toujours trouvé que les enfants trouvaient à s'y amuser. Après le texte de Fish, suis plié de rire :))) Moi j'aidais juste pour installer les trucs. 3 heures de discussions hautement intellectuelles pour une heure de montage. Je dis ça parce que je suis gentil :)

    RépondreSupprimer
  6. Et comment va le papa de Charlotte, ce lundi ?...

    RépondreSupprimer
  7. Aux dernières nouvelles il cherchait partout son chargeur de portable.

    RépondreSupprimer
  8. comment ne pas dire bravo. Et puis ils sont si jolis ces dessins tellement colorés à l'air libre.

    RépondreSupprimer
  9. Les kakemonos, franchement sublimissimesss !

    Sinon j'ai l'impression qu'avec Fish ont a participé à la même cérémonie, comme quoi les kilomètres n'existent plus quand il est venu le temps de la kermesse.

    Moi j'adore observer ce jour-là, le moelleux pas cuit est partout tout autour, que c'est bon, que c'est bon... :)

    RépondreSupprimer
  10. et bravo à Fish d'avoir réussi à caser Marguerite Germaine Donnadieu dit Duras(47)

    RépondreSupprimer
  11. Pixou,
    Les enfants s'amusent malgré tout.

    Fox et Coyotte,
    Vive nous.

    Choule,
    C'est toi le maître.

    Katy,
    Vous m'avez presque donné envie, vais p'têt ben refaire Kermesse Merguez l'année prochaine.

    Dusport,
    Moi, j'aurais mis Fish à la pêche aux canards.

    RépondreSupprimer
  12. Les grands feraient bien d'en faire autant plutôt que de pas penser à pourrir sérieusement leur environnement.

    RépondreSupprimer