14/06/2009

Rapprochement



Mes mots sont aveugles, mes images sont muettes, leur rencontre provoque parfois une légère tension...

8 commentaires:

  1. Aveugles tes mots, peut-être. En revanche, rien ou très peu chez toi n'est muet, ni sourd d'ailleurs !
    ;)

    RépondreSupprimer
  2. Tension... Qui, parfois, nous fait marcher sur la tête...

    J'aime tes silences, bavards...

    RépondreSupprimer
  3. en chûte libre quoi ? Sans parachute ?

    RépondreSupprimer
  4. Ce bleu étendu, tendu mais aussi bien en apesanteur, suspendu, ne tombe pas, ne parvient à tomber, oui : "une légère tension", légère, légère...

    RépondreSupprimer
  5. a) Le texte et l'image ont du se trouver un lien de parenté, pour que l'homme puisse se faire une idée du genre, accepter le collectif préalablement indéfinissable.


    b) A la collision des deux, nous sommes renversé.

    c) Ne sais pas.

    RépondreSupprimer
  6. Simon,
    Il suffit à l'homme de fixer un écran pour entrer en contact avec un de ces congénères et établir une relation profonde et durable, étonnant, non ?

    Fée,
    Ces dessins masquent mon désarroi. Qui être, où aller, que faire dans ces contrées virtuelles ?

    Choule,
    La densité du bleu me retient.

    Amel,
    Il faut s'entraîner à la légèreté dès qu'on prend la plume...

    Fishturn,
    a) Ah, bon
    b) Bé, oui
    c) Sais pas non plus
    (désolé ;-)

    RépondreSupprimer
  7. J'espère que vos cervicales sont plus légères... Vous n'êtes pas seulement docile avec le personnel soignant, votre personnage l'est pour s'abandonner à ce grand bleu.
    La plume pèse des tonnes quelques fois...
    Merci de m'avoir intégrée dans vos liens. Puis-je vous ouvrir la porte sur le toit?
    Très bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. Amel,
    Une entrée personnelle sur ton toi ? Volontiers. ;-)

    RépondreSupprimer