23/01/2010

Chers amis...


Ce matin, en courant dans la montagne, je la cherchais encore : l’image. Comment illustrer, traduire cette forme donnée à l’amitié que nous pratiquons ici ? Quand elle s’est présentée, j’ai souri (je suis comme ça).
Il faut dire. Ce concept, à force de l’étendre, de l’étirer en tous sens, finit par sortir du champ de la compréhension. Même en acceptant qu’il ait un centre, des cercles périphériques et des bords flous, difficile de faire entrer tout le monde dans la cible.
Alors. Une question : quelles images, mots, expressions, comparaisons, typologies, catégories... utiliseriez-vous pour décrire nos nouvelles amitiés ?

(Il s'agit toujours et encore de ce satané Facebook, bien sûr )

7 commentaires:

  1. Un jeu de Mikado.
    Paf!Des tiges-fragiles-qui se chevauchent,se superposent,se jouxtent,s'éparpillent.
    En bois d'humains colorés.
    De la dextérité pour les amener au chaud de la paume, en justes vibrations.Parfois, souvent,d'un doigt,ce sont plusieurs tiges que l'on porte à soi.

    RépondreSupprimer
  2. Utiliseriez vous images, mots, expressions... pour décrire une amitié ?
    Difficile d'entrer dans la cible, même en acceptant des bords flous, à force de tirer dans tous les sens, je la cherche encore.

    ---------------------------------

    "Berlin ressemble plus à notre condition réelle et New York à celle fantasmée."

    ---------------------------------

    "Ils se rangèrent en arrivant à l'extrémité droite de la piste pour laisser place aux varlets-nettoyeurs, qui, désespérant de retrouver, dans la montagne de victimes, autre chose que des lambeaux sans intérêt d'individualités dissociées, s'étaient munis de leurs raclettes pour éliminer le total des allongés, et fonçaient vers le trou à raclures en chantant l'hymne de Molitor, composé en 1709 par Vaillant Couturier et qui commençait ainsi :

    Messieurs et mesdames
    veuillez évacuer la piste,
    (s'il vous plait)
    Pour nous permettre de
    Procéder au nettoyage

    Le tout ponctué de coups de clackson destiné à entretenir, au fond des âmes les mieux trempées, un frisson d'incoercible terreur.

    Les patineurs encore debout applaudirent à cette initiative, et la trappe se referma sur l'ensemble.

    Boris Vian - L'écume des jours.

    RépondreSupprimer
  3. (Vous retrouver tous les deux réunis ici me ravit)

    Magwann,
    Ami cadeau OUI, j'aurais dû y penser ! :-)
    J'imaginais que ce serait ta vision colorée du monde qui éclairerait mon ombre. Un truc du genre : l'amitié est bleue. Les choses bleues sont unies par l'existence d'une palette, d'un dégradé de bleus auquel nous nous référons implicitement en employant le mot "ami"...


    Fish,
    1) Retour à Berlin en février (du 7 au 15)
    Retour à New York en avril ( du 5 au 13)

    2) "L'écume". Voilà une image intéressante pour illustrer notre condition. Sloterdjik l'a essayée dans tous les sens.

    3) As-tu remarqué le retour de Varna ? Il va falloir se pencher sur ces 148 ruminations intempestives...

    RépondreSupprimer
  4. Miroir aux alouettes sur lequel des reflets peuvent prendre vie et nous toucher parfois jusqu'au réel d'une rencontre ...

    RépondreSupprimer
  5. Et un faux pas vaudra-t-il une chute ?
    Ici, oui. Là, je ne crois pas...

    Se tenir la main...

    Quand à décrire... Sentir l'impalapble parfois est encore plus fort.

    RépondreSupprimer
  6. First we take Manhattan, then we take berlin

    Tu prends le plan dans le désordre :)

    RépondreSupprimer