20/04/2010

Haute couture

Pour rompre la monotonie de ses promenades, il découpait, dans les toiles, les motifs qu'il préférait...





Vincent et Paul, Metropolitan Museum, NYC, avril 2010


7 commentaires:

  1. Sillonnant entre les rochers, les falaises, et le bruit des marées. Il accompagnait de sa frêle existence, le chant des pinsons qui se servaient frais à la source. Tandis qu'au loin on entendait les rumeurs, toutes rabougries, de quelques vieux marchands de frayeurs, qui d'eux mêmes se privaient de lumières, et réclamaient leurs beurre, saucissonnés comme de vieux fruits sec.

    RépondreSupprimer
  2. il a une excellente idée... je la pique

    RépondreSupprimer
  3. fish,
    un monde en couleurs, englouti sous les écrans.

    If,
    richesse de la couleur, plénitude de la forme...

    Lune,
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, moi qui ne suis pas un "visuel", je crois que voir avec plaisir est dans la magie du cadre. Peut-être parce qu'alors on décide ce qu'on voit ? (et non pas "de" ce qu'on voit)

    RépondreSupprimer
  5. VarnAH !
    La peinture s'est étendue sur les bords de la toile, a débordé, s'est écoulée dans la pièce, prenant au piège l'artiste, devenu sujet coloré, pâle reflet du monde qui l'entoure. En découpant la toile au coeur du premier motif, je remonte vers la source.

    RépondreSupprimer