10/01/2011

My new friend

Rome, décembre 2010


Il m'a fait une request quand je suis passé près de lui, il n'est pas difficile en amitié, il suffit d'entrer dans sa zone de développement économique pour qu'il tente le rapprochement. Il fait ça toute la journée, nouveau gladiateur dans sa panoplie lustrée de retraité fatigué. Toujours est-il qu'il fut bien surpris quand j'ai mis mon foulard et passé mon bras autour de son cou, je l'ai bien senti, confus, troublé. Avec l'épée en plastique qu'il m'avait prêtée et mon masque, je l'avais déstabilisé, pris le pouvoir sur Rome.


3 commentaires:

  1. "la splendeur de Rome" serait de plastique?

    RépondreSupprimer
  2. Crispé un peu, le garçon. Tu lui a foutu la trouille, ouais...

    RépondreSupprimer
  3. Serge,
    Il y a une échelle dans la connaissance des illusions.

    Stéphane,
    C'est sûr, l'était pas préparé à m'affronter le bougre.

    RépondreSupprimer