27/11/2011

Mimesis

Beaubourg, novembre 2011

Sous la singerie se joue la question de l'identité. Aujourd'hui, tout se passe sur un mur fictif sur lequel on projette son meilleur profil. Dans l'ombre portée se nouent les relations : "Je te vois, imitant les faits et gestes de l'être, et je te reconnais". Ce passage de la substance à l'image modifie, en profondeur, la conception de la représentation... 



5 commentaires:

  1. Retrouvez-vous dans la revue en ligne Poésie Illuminée: http://www.scoop.it/t/poesie-illuminee

    RépondreSupprimer
  2. Tout est représentation, la vie même.

    RépondreSupprimer
  3. @ Fox, je ne cherche plus à faire du sens, j'agite les mots et les recopie dans l'ordre où ils se présentent. J'arrange la phrase pour qu'elle tienne debout, puis je la lis et m'interroge. Voilà, voilà. Ah Ah.

    @ude, au quai.

    @ Marc,
    1) Seul le silence peut trouver les mots pour le dire
    2) C'est étonnant de découvrir qu'une amitié aussi légère que la nôtre traverse le temps sans s'altérer. 3) Cette année, j'ai commencé le Qi Gong, j'ai pensé à toi.:-)

    RépondreSupprimer