15/10/2017

Reconstituant



L'être, au contact de la civilisation, s'est affaibli, il a appris à marcher au pas, à courber l'échine, à baisser le ton...

Ces mouvements sont l'effet d'un long et pénible dressage, l'enfant court et crie à la moindre occasion avant d'être mis au pli.

En se réveillant un matin sans plus avoir à tenir le rang, le corps est soudain attiré par l'appel de la forêt.

Ce n'est pas une vue de l'esprit, toutes les civilisations l'ont noté.





2 commentaires:

  1. D'ailleurs je suis levé et j'y vais là...

    RépondreSupprimer
  2. C'est si bon de s'étirer comme un chat heureux,
    de griffonner comme un enfant rêveur,
    de sautiller dans les allées du parc,
    de crier vers la Sainte Victoire,
    de grimacer dans le dos d'un passant grognon!

    RépondreSupprimer