22/01/2008

Aïe...

Lucio Fontana, Beaubourg, janvier 2008


Penser, c'est faire des trous dans le monde pour regarder les choses en face...



11 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Faire des trous c'est tenter de délimiter l'indicible.

    Doux réveur.

    RépondreSupprimer
  3. Incapable de percevoir et d’accepter sa propre image
    Comment alors concevoir celle d’un monde ?
    Faire des trous, c’est abîmer, transformer, dénaturer,violer...

    Penser, c’est inventer une autre dimension qui participe sans détruire
    Qui découvre sans enfermer, qui s’intègre sans dissoudre c'est transcender la matière

    Je ne suis pas persuadée que, même les Dieux, puissent regarder l’univers en face et surtout par une fenêtre !

    si je restrains le sens de ta phrase, je dirais que l'homme doit se débarrasser de ses oeillères pour élargir son champ de vision ...

    RépondreSupprimer
  4. je reviens développer ce soir. Je suis pressé :-))

    RépondreSupprimer
  5. Le monde en pleine face
    et rester masquer
    ..

    RépondreSupprimer
  6. 1) Ou bien penser (enfin autrement) c'est faire des trous dans notre esprit prisonnier pour le laisser enfin respirer le même air que les plantes ?

    2) Ce que les Dieux voient à travers les trous du ciel que forment les étoiles, eh bien c'est la terre et la vie des hommmes. (C'est chez Homère sans doute qu'on trouve l'idée)

    3) J'aime ce tableau, je ne sais pourquoi. Peux-tu dire comment tu le vois, ressens ou autre (verbe au choix !) ?

    4) Aggrandis les trous,stp, p'têt que Fish passera par l'un d'eux ?

    RépondreSupprimer
  7. ah! j'aime ...la matière
    je resterais des heures devant ce tableau
    pour
    ces regards, cette bal(l)ade à beaubourg, ces choses vues qu'on appelle tableaux , ce partage d'illusions contre
    la résignation, ce parcours du monde de long en large que tu partages ici,
    thanks to you

    RépondreSupprimer
  8. Damon ? déjà ton esprit ?
    Tu vois derrière les ombres. La suite va te prouver que tu avais raison... Dommage que tu l’aies perdue.

    Mijo,
    Je suis obscur. Je chercher à dire quelque chose malgré les mots. Je vais essayer de déplier ce motif sans le déchirer.

    Katy,
    Le monde que l’on voit est celui auquel on croit...

    Varna,

    2et 3) J’ai pensé à toi en photographiant et en posant ce tableau sur ma phrase.
    J’avais, à l’époque de Dehors dedans, comparé ton travail à celui de Fontana. Tu m’avais demandé où on pouvait le voir... Cet après-midi, par hasard (?) je suis tombé nez à nez avec la reproduction de son concept spatial baptisé “La Fin de Dieu” (1963)... Au vu de ton commentaire, je ne résiste pas au plaisir de recopier ce passage : “ ...Il explore l'insondable profondeur de l'Univers... il pointe les espaces infinis qui nous effraient et, plus encore, cette nuit qui nous enveloppe ... “ Il semblerait que tu aies une véritable proximité avec Lucio.

    Je ne suis pas très doué pour parler de ce que je ressens devant une toile en particulier mais je sais quand j’aime : je suis saisi, ma respiration change de rythme, je deviens immobile, capté et le reste du monde disparaît... pour sortir de la fascination, je dois faire un effort violent, m’arracher de la toile pour retrouver ce qu’ils appellent la réalité... ;-)

    4) Le fantôme de Fish n’a pas fini de nous hanter.

    If 6,
    C'est moi qui vous remercie. Sous votre regard bienveillant, je peux donner libre cours à ma fantaisie...:-)

    RépondreSupprimer
  9. Damon-Lestat 230108030823 janvier 2008 à 03:14

    "Maintenant j'incise aussi pour faire une concession au marché dont nous dépandons malheureusement, parceque les marchands d'art et les collectionneurs le veulent ainsi, et alors je le fais..."

    Fontana - entretiens avec Carla Lonzi

    RépondreSupprimer
  10. "Sage corruption" (avec cette expression, je donne à mon tour l'exemple, je fais déjà la promo de mon livre à venir ! (mdr))...

    Sage corruption, donc : une question de dosage entre notre sincérité d'homme purement expressif et notre désir ou la nécessité d'avoir à dire (ou présenter) "quelque chose" aux autres. Parce qu'il le faut bien, parce qu'il faut bien avoir quelque chose à leur dire ...

    RépondreSupprimer
  11. Damon-Lestat-250108055825 janvier 2008 à 06:02

    On peut les manger...Aussi.

    RépondreSupprimer