30/08/2009

Hyperconnecté

Cette fois, tout est en place, je crois, pour tenter l'ultime expérience, je me suis déraciné, j'ai oublié mon histoire et la géographie. Sans repères et sans foi, je suis dorénavant googleisé, twitterisé, ultrabloguifié, superfacebooké... Je suis prêt pour le grand saut dans un futur dématérialisé, allez hop...




"Les hommes ont successivement acquis le sentiment de la maison, le sentiment du quartier dans lequel ils vivent, le sentiment de la zone géographique, le sentiment du continent. Ils possèdent, aujourd'hui, le sens du monde et n'ont pas besoin de connaître ce que faisaient leurs ancêtres, mais de savoir ce que font tous leurs contemporains... Besoin de se sentir à la fois centre, juge et moteur de tout l'infini exploré et inexploré. D'où ce désir angoissant de déterminer à chaque instant nos rapports à l'humanité."
Marinetti, (1913 ;-))

27/08/2009

Suite, donc...



Reprendre le fil, retrouver les liens et s'attacher à nouveau, l'improbable nécessité. Il y a quelques jours, j'arpentais nonchalamment les murs de Beaubourg quand mon attention fut irrésistiblement attirée par cette vidéo. J'allais donc pouvoir m'informer, homme, femme, intention ? Notre petit débat remontait à la surface...

Sigalit Landau, artiste israélienne, née en 1969.
"Frontière, c'est surtout et avant tout un mot dont on peut faire usage dans toutes les directions - douloureuses et essentielles, belles ou désastreuses, sensées ou hystériques. Je reconnais la présence de frontières dans mes oeuvres : des frontières naturelles comme la mer... des frontières structurelles comme la maison, le cercle, le conteneur. Je les relève, je les mets en question, je brode les racines de frontières invisibles, ... Les frontières nous servent de définition certes, utiles quand il s'agit de rechercher : le souvenir, le découragement, la transgression, la séduction, la violence, la beauté, la politique et la religion... D'une certaine façon, les frontières sont la "peau" des lieux et servent aussi de peau (rugueuse) à la plupart des idées... " Note d'atelier, 2009.


Aujourd'hui, dehors et dedans se confondent, plus de frontière...

15/08/2009

A vous ;-)



Caillou, personnage intérieur, né ici et nourri par vos mots, a grandi dans l'ombre de vos présences. Aujourd'hui, il m'accompagne partout, naturellement. Mi homme mi image, ni vraiment réel, ni complètement virtuel, il incarne et exprime une légère résistance à l'ordre établi, ma part d'enfance attardée. Nous nous amusons bien.

12/08/2009