25/12/2007

C'est bientôt l'été...

Islande, juillet 2004


Rien ne ressemble plus à un rêve que la réalité...


( pour ceux qui s'ennuient, le récit, version intégrale )

20/12/2007

Londres, 2007

nos vies sont des fictions posées sur les rebords du réel

19/12/2007

Déformation...

Lundi 10 décembre 2007, Velaux

Je ne dessine jamais plus. Je n'ai pas le temps, le désir, je ne sais pas. De temps en temps, en stage, en conférence, il y a une brèche, j'écoute, j'écris et je gribouille... J'ai toujours fait ça, mais aujourd'hui, les gens me regardent comme un intrus, mon âge, ma respectabilité, on ne me le dit pas, mais c'est très clair, ça ne se fait pas. Je sens peser sur mon épaule un nuage lourd de reproches. Pourtant je suis sympathique, présent, je participe, prends la parole, pose de bonnes questions, mais tout en continuant à tracer mes petits traits, à faire surgir du néant des têtes, des guirlandes, à faire sa fête à la triste page. Je suis libéré, je fais ça sans gène, indifférent aux regards désapprobateurs et insistants. Je révolutionne, à mon échelle, la prise de notes...



Vous êtes dubitatifs ?
Voici un exemple qui devrait finir de vous convaincre. L'après-midi était déjà bien entamée, ça ronronnait, l'intervenant discourait, les participants digéraient, je m'affairais, comme toujours, passant d'un trait à l'autre, sans intention...

L'exercice à étudier

Pendant qu'il papotait sur la transposition didactique, sur les statuts de l'apprenant et de l'enseignant, je tentais une première résolution :

Je n'étais pas mécontent du résultat. Mais, puisqu'il me restait du temps, je recommençai mon travail...
Je regardai ma production avec une certaine satisfaction. A partir de leurs figures pourries, j'avais plutôt réussi à faire quelque chose d'intéressant. Je regardai autour de moi, j'étais le seul à avoir trouvé ce résultat...


17/12/2007

Mon poème numéro 2



Je suis toujours étonné de voir tous les mots qui sortent de vos crânes, le mien est très discret, presque muet. Je cherche, tourne, pose, efface, je n'ai pas d'idée, pas la moindre imagination, un désert...

De temps en temps, je trouve un caillou, le ramasse, l'examine et vous le montre. Devant ce morceau insensé, vous inventez le monde et ma matière grise, si empâtée, se fluidifie, je la sens qui remue puis agite mes doigts et je découvre, premier surpris, ce qu'elle a mijoté. Ensuite, je ramasse les miettes et je compose un improbable poème...


13/12/2007

En passant...



Des fois, je m'ennuie et je pense à vous ...


Les lettres rouges n'ont pas de raison, comme vous.


12/12/2007

Vision...


Depuis quelques mois, j'ai un oeil qui se désintéresse du monde extérieur. Avant, devant un tel trouble, je serais allé fissa consulter et réclamer réparation. Aujourd'hui, je le laisse faire ce qu'il veut. Il joue de sa défaillance et me distrait.

11/12/2007

C'est toi ?

Londres, British Museum, 2007


Des fois, j'essaie de vous donner un visAgE


10/12/2007

en aparté...

New York, Broadway, 2007

Ici je ne dis plus rien, mais je continue à parler... Par exemple, il m'a fait dire ça :

- Je voyage de nulle part à nulle part, le plus léger possible. Il me reste à me débarrasser de moi, je m'encombre. Déposer l'histoire que j'ai inventée et qui me raconte. Mais je fonctionne au refus, pas à l'engagement. Je promène ma peau, n'attendant rien, comblé par l'inespéré.

- Je poste pour ne pas être en manque, mais je vise le décrochage, j'essaie de démonter le mécanisme, de sortir de l'habitude. Quand j'envisage l'arrêt raisonné, je suis contrarié, alors, je reviens faire un tour mais "je veux m'en sortir", passer à autre chose.

Il ne m'en voudra pas, je l'espère...


01/12/2007

Avis à vous...

Quebec, août 2007

J'ai commencé par un premier blog. Depuis le planète Terre, j'envoyais des messages et, de l'au delà, j'ai reçu des réponses, j'ai eu des contacts. Alors je suis parti m'installer sur la planète Blog et j'ai ouvert un deuxième volet. Je serrais des mains, parlais du temps qui passe avec nos reflets... ensuite, troisième fenêtre, le retour sur Terre, où je nous racontais ce que j'avais découvert, ce que j'avais rapporté, ce qui avait changé.

Et voilà... Maintenant, je suis là, je ne suis plus le même, et l'autre est devenu si différent. J'étais parti à ma recherche, et je vous ai trouvés. Qu'allez-vous devenir ? Des ombres, des étrangers, des amis... Nous finirons par le savoir. Plus rien à voir avec un blog, je vous le dis.