22/02/2008

Praha...

video

A l'aéroport, le temps est supendu, selon l'idée générale, on entre dans une parenthèse, matérialisée par des sas de contrôle. En réalité, c'est tout le contraire, on dispose d'un temps gratuit, vide de tout sens, de la liberté absolue, détachée, détaxée. Les gens en profitent pour s'ennuyer, ils regardent le temps passer, littéralement. Ils n'ont rien à faire, ils essaient bien de s'occuper, au sens propre, la plupart tentent l'oubli dans l'avachissement. Ils pensent : attendre n'est pas vivre, c'est avant, c'est après, c'est quelque part, dans un lieu qu'on peut nommer. La zone de transit est faite pour passer, pas pour rester, c'est écrit. Et bien, moi, j'aime ce vide, il ne dure jamais assez longtemps, j'ai des millions de choses très urgentes à y faire... Ce jour-là, j'étais en train de danser (c'est mon nouveau truc) quand on m'a appelé pour reprendre le cours normal des choses. J'ai présenté mon papier d'embarquement (je retrouve plus le mot) et cherché ma place. Ensuite, assis dans les airs, j'ai regardé par la fenêtre, c'était très joli...


11 commentaires:

  1. voilà, c'est ça, merci ;-)
    Tu vas bien ?

    RépondreSupprimer
  2. Je m'ennuie un peu.
    Je tourne autour d'une feuille blanche, un peu fébrile, les crayons, la gomme, les tubes, tout est prêt mais impossible de démarrer, alors au bout de quelques tours y a comme une tristesse.
    entre ça ou rater il manque un truc nécessaire au milieu.

    voilà voilà. Il faisait pas trop froid ?

    RépondreSupprimer
  3. ... s'ennuyer, quelle chance, je ne trouve plus jamais le temps.
    trouver l'énergie pour y croire, mais si on se force, c'est le dégoût assuré
    la nécessité, une belle idée qui repose sur le désir inconnu

    un froid de gueux, deux paires de gants, un bonnet ridicule... ;-))

    RépondreSupprimer
  4. Un ami voyageur m'a dit un jour: "Mes racines, c'est là où j'ai mes pieds."
    Pourquoi je dis ça, moi?
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  5. Les zones de transit devraient être plus nombreuses parfois...

    @Fishturn : ça ne pourrait pas fonctionner dans ton cas les chaussures et les yeux ;-) ?

    RépondreSupprimer
  6. Une soirée à Prague, pas vraiment réelle, comme ces filles si belles. pas de drague.
    Le temps vient à manquer.

    RépondreSupprimer
  7. marc,
    ... arracher les racines, s'envoler et rester en suspension, il n'y a pas de là, ici ou ailleurs, des illusions en forme de ville...
    La conscience du temps est d'abord la conscience de l'espace, marquée par le temps. En changeant les repères spatiaux, on modifie la forme du temps, la perception n'est plus la même.
    et... puisque je t'ai sous la main, j'en profite pour rejeter la division intérieur/extérieur qui définit le monde clés en mains, un monde de propriétaires enfermés à double tour.
    (Il faut excuser mes écarts, ces pensées qui traversent hors des clous et qui ne reposent sur rien.;-))



    Bridget,
    toujours ce besoin de savoir où on est, où on en est, où on est né, où est Néné ? D'ailleurs, c'est vrai ça, tiens, où il est Néné ?


    Coyote,
    Prague, Budapest, Cracovie, y'a du renouveau à l'Est...

    RépondreSupprimer
  8. Avec les pieds ce qui est bien c'est qu'il n'ya pas à se prendre la tête!

    RépondreSupprimer
  9. corinne,
    Normalement, je sais, la danse est le langage du corps, mais moi, ce n'est qu'après l'avoir analysé le mouvement que mes pieds acceptent de suivre le rythme, on peut d'aillleurs ne pas mettre de musique, où autre chose, ça ne me dérange pas, ce n'est pas connecté...

    RépondreSupprimer
  10. Pour la Gavotte, t'es tout bon là ! ;))

    RépondreSupprimer