17/01/2009

Tour de passe passe



Le truc s'est joué en trois temps, trois "vérités de l'être" qui se sont profondément enracinées :

1) "Connais-toi toi même",
2) "Je pense donc je suis",
3) "Deviens qui tu es".

Et le piège s'est refermé. L'homme est alors convaincu :

1) qu'il a la réponse en lui,
2) les moyens de la trouver
3) et le devoir de l'assumer.

Une sacrée bonne blague...

14 commentaires:

  1. Je redoute le jour où nous cesserons de rire par manque de vérités

    RépondreSupprimer
  2. Le dernier adage s'oppose aux deux autres, à mon sens :

    1) je n'ai pas besoin de me connaître, "moi", il me suffit d'inventer pour découvrir plein de choses bien plus intéressantes ("il y a trop de monde(s) pour que je sois moi", et puis de moi je n'ai besoin qu'à mes côtés dans ma relation aux autres)

    2) Suis je est l'ordre exact, hors communication (imposée, souscrite)

    3) Je ne crois plus en rien ni en personne (l'étape "vaincu", selon Beckett que tu citais tantôt) et, pour faire la transition, j'écris pour quand je serais mort. Ah ah ah !

    Alors, n'est-ce point là devenir ce qu'on est ?

    Mais encore : t'as réussi à me faire parler, c'est dire ! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Le devoir, le devoir... Je dirais plutôt "une force qui le pousse à". Donc, effectivement, c'est un piège !

    RépondreSupprimer
  4. 1) "Connais-toi toi même",
    2) "Je pense donc je suis",
    3) "Deviens qui tu es".
    4) "L'enfer c'est les autres"

    Et le piège s'est refermé. L'homme est alors convaincu :

    1) qu'il a la réponse en lui,
    2) les moyens de la trouver
    3) et le devoir de l'assumer.
    4) tout seul...


    ah, déréliction... ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Liberté, un vouloir sans objet dans chaque représentation.

    RépondreSupprimer
  6. http://www.deezer.com/track/3405

    Le piège. Pour en sortir, tout est une question de rythme. Et de silence...

    RépondreSupprimer
  7. Christian,
    Redouter ? douter ne te suffit pas ?

    Varna,
    Ah. Enfin de retour !
    ( ton absence prolongée, partout, commençait à m’inquiéter...)
    Ton éclairage savant met en lumière la légèreté de ma pensée, son absence de fondement ... Je sais, je note ce qui me passe par la tête et farfouille ensuite dans les mots à la recherche d’un équilibre, qui ne repose sur rien. Je ne peux ni approfondir, ni développer, je présente la trace laissée par le geste.
    Je dénoue des fils au hasard, embrouillant un peu plus le reste...
    ( Je comprends mieux ce que je fais quand tu passes et allumes ;-)

    Sergio,
    La force qui pousse, c’est la main invisible du marché... ;-)

    Simon,
    Heureusement, avant la fin de la partie, un rebondissement inattendu modifie l’inévitable cours des choses et sauve le misérable héros de son triste destin. L’Autre apparaît et son regard donne la force du devenir.

    F.,
    Minimaliste et sobre, très élégant, je trouve.

    Fée de Saison,
    Connaître l'emplacement du piège permet de le contourner, en douceur... en faisant bien attention à ne pas tomber dans la folie dont le gouffre vertigineux
    est tout proche... ( je donne l'impression d'être grave et sérieux mais je m'amuse, bien sûr ;-)
    (J'aime bien Satie, son apparente simplicité, sa profonde légèreté.)

    RépondreSupprimer
  8. Oui, je t'imaginais en duo avec Jankélévitch et le genre de phrase qui émergerait de votre petite musique du monde.

    RépondreSupprimer
  9. Avoir la flamme déjà, c'est un bon début...

    RépondreSupprimer
  10. Je tiens à sincèrement remercier Pixel Bleu qui, au beau milieu de ce café philo virtuel ramène héroïquement un souffle, une respiration, une relativisation, nous permettant de reprendre pied, par cette terrible intervention :

    "ben... oui"


    Merci. ;-) (et je ne rigole qu'à moitié en plus )

    RépondreSupprimer
  11. Il fut un temps où l'Homme est partie du principe qu'il était le centre de l'univers et construit tout le reste à partir de cette idée-là...

    Puis un autre est venu est a dit que puisqu' Il Pensait, Il Etait...
    et érigé tout un système de pensée à partir de cette vérité qui serait celle de base...

    Ce qui me fait penser que L'Homo Sapiens serait bien un animal égo et mégalo...

    Et puisque je (le) pense donc peut-être suis-je...
    Et si je suis qui suis-je?
    Et dans quel état j'erre?

    Ce qui me fait douter aussi...


    Allez pour moi ça sera un petit déca vu l'heure qu'il est...

    ;-)

    je ne voudrais pas que tout cela m'empéche de dormir!...

    RépondreSupprimer