03/03/2009

Ah bon ?



Les cailloux marquent aussi le passage du temps.

(Château des Anges, Rome, février 2009)

9 commentaires:

  1. dans sa vigueur d'homme, il porte déjà le masque de la mort...

    RépondreSupprimer
  2. Et le caillou marque son temps ;)

    RépondreSupprimer
  3. oh neinard...un voyage a Roma !..

    RépondreSupprimer
  4. Les corbeaux lui picore les yeux.

    RépondreSupprimer
  5. Bon, ben, c'était juste mon anniversaire ;-))

    RépondreSupprimer
  6. C'est là toute une parabole de voir ces grands faiseurs de monde réduits en poudre par la vérole.
    Ce spectre figé devenu la proie du temps qui prétendait gouverner, ou régner ou être servi.
    Sa poussière jonche le sol.
    C'est toujours pareil, on veut bâtir des empires tout en détruisant le monde qui leur sert de socle.
    Et on finit dans les poils d'un plumeau.

    RépondreSupprimer
  7. Safir,
    La folie des grandeurs a laissé de belles traces, un paradoxe difficile à porter.

    RépondreSupprimer