23/03/2009

Gimsoy



J'étais parti à six heures de la maison le matin, et il était presque minuit. Je m'avançais vers la mer, quand sont apparus les golfeurs. Ils avaient payé, très cher, le privilège de taquiner la baballe sous le soleil, exactement. Je me suis éloigné, j'ai continué à marcher, j'avais froid, un peu. Je ne savais pas encore que l'absence de nuit allait durablement troubler le rythme de mon sommeil.

4 commentaires:

  1. T'es loin dis.... mais c'est magique, ça vaut le coup de ne pas dormir.

    RépondreSupprimer
  2. Le nouveau sous-titre du Blog commence à faire son travail, à m'insinuer. Le temps dans lequel nous évoluons est composé de plusieurs couches qui nous marquent à des vitesses différentes, la mémoire retient les points de frottement, les tremblements...
    ( 6 juillet 2008, minuit pile)

    RépondreSupprimer
  3. cette photographie est magnifique.

    RépondreSupprimer
  4. midway,
    300 km au nord du cercle polaire, début juillet, à minuit pile, je n'ai pas retouché la photo, il y avait cette lumière improbable.;-)

    RépondreSupprimer