21/03/2009

Hé Hé


Hier soir, j'ai relu le Tractatus en commençant par la fin, et ben, c'était mieux.


(Il y a deux ans, Lulu était déjà à l'ordre du jour)

15 commentaires:

  1. Pour celui-là, Rancière nous avait fait remarquer qu'il est impératif de l'ouvrir à n'importe quelle page pour entamer sa lecture...
    Wittgenstein a été instit... paraît qu'il supportait pas les mômes et avait la mauvaise habitude de leur en coller une un peu sèchement...

    RépondreSupprimer
  2. Je lai lu aussi....un peu trop rigide.
    Très drôle..beaucoup d'œuvres en philo pourraient se lire ds les 2 sens.

    RépondreSupprimer
  3. Il aimait aussi coucher avec ses élèves (mâles adultes).
    J'ai lu une œuvre intéressante sur lui et la 2 ième guerre mondiale.
    Il aurait été un gendre d'espion avec ses étudiants universitaires.
    De kimberley Cornish:Wiit. contre Hitler

    RépondreSupprimer
  4. Fox,
    Là, je l'ai consciencieusement lu point par point à l'envers (pas en entier, je me suis endormi avant)

    Noèse cogite,
    1) ça m'amuse aussi ;-)
    2) quand j'étais de l'autre côté, voilà comment je voyais les choses :
    http://dehorsdedans.blogspot.com/2007/02/les-gants.html

    RépondreSupprimer
  5. Bien aimé le résumé que tu fais sur cet homme si intéressant.
    J'irai m'abonner à ton côté plus intello:)

    RépondreSupprimer
  6. Ma prof de piano comme ça, m'a joué l'autre jour un morceau à l'envers, c'était marrant et étonnant!

    Regarder un tableau la tête en bas, lire un livre a l'envers, commencer par le dessert et tout et tout, des fois c'est bien mieux!!

    et vu le titre là, ça se pourrait bien aussi!

    RépondreSupprimer
  7. Wittgenstein à l'envers??? A la fac, j'ai déjà eu du mal à le lire dans le bon sens!

    RépondreSupprimer
  8. Noèse cogite,
    :-) Là-bas, j'avais déposé tout ce que j'avais.

    Corinne,
    (Kandinsky a inventé l'art abstrait comme ça. ;-) Nous avons pris la mauvaise habitude de ramper dans les ornières.

    Christophe,
    Oucouc

    Bonjour Marie Deschaux, ;-)
    1) Tout le Tractatus va à l'encontre du bons sens, du sens commun.
    2) Le Tractatus est, pour Ludwig, Le Livre, unique, qui résout tous les problèmes. Il n'a ni début, ni fin, il se plie, se déplie et se replie dans tous les sens. Les derniers points 7 et 6.53 se situent juste avant les premiers du livre, ils sont tous sur une ligne refermée sur elle-même.

    RépondreSupprimer
  9. Wouahowww... Ce doit être pour cela que j'ai eu du mal! merci en tout cas! je comprend mieux mon prof d'épistémo maintenant! ;)

    RépondreSupprimer
  10. Ah tiens, je pensais qu'il n'y avait que Cortazar qui pouvait se lire comme cela :p

    RépondreSupprimer
  11. Je connais nombre d'auteurs qui peuvent ne pas être lus du tout.

    Ni à l'envers ni à l'endroit.

    Performances d'un autre style.

    RépondreSupprimer
  12. Ferais mieux de revoir la page de couverture, parce que déjà c'est sport d'y trouver un bon sens de lecture ;)

    "Que le soleil se lèvera demain est une hypothèse."
    ça c'est beaucoup plus clair pour moi ;)

    RépondreSupprimer
  13. Marie D.,
    Je te rassure, je n'y comprends rien, j'invente pour faire de jolis motifs. ;-)


    Kalamity,
    Le seul auteur que je connaisse qui s'est exercé à cette tentative et l'a matérialisée est Danielewski avec "Révolutions" ( Va le consulter en librairie pour avoir une petite idée du truc ;-)

    Fish,
    La plupart sont des bavards inutiles et c'est très bien comme ça, je trouve, non ?

    Katy,
    Ludwig écrit a un avant-propos à son livre, il commence comme ça :" Ce livre ne sera peut-être compris que par qui aura déjà pensé lui-même des pensées semblables... " Il commence par le point 1 : "Le monde est tout ce qui a lieu." et se termine par le point 7 : " Sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence." Franchement, ça m'amuse.;-)

    RépondreSupprimer