08/04/2009

Penchant...




Je n'ai jamais su si c'était moi ou le monde qui penchait...

16 commentaires:

  1. Tout pareil.. mais j'ai choisi de penser que c'était le monde..

    RépondreSupprimer
  2. Un PISE allez!

    Arann

    RépondreSupprimer
  3. Mais a-t-on vraiment besoin de savoir ?

    RépondreSupprimer
  4. Hé ! Pssst... Tu penches grave...

    RépondreSupprimer
  5. elle c-dit,
    Le monde et moi ne faisons qu'un.

    Anonymarann,
    un double, même !

    Kalamity(H)elle,
    J'aime bien ce genre de propositions. Elles mettent en évidence les écueils de la langue, l'absurdité du monde et la folie des hommes. (ça m'amuse)

    Noèse cogite,
    Voilà une affirmation qui pourrait figurer en bonne place.

    Fox,
    Tu as un petit défaut de prononciation, je penSe gravité.

    RépondreSupprimer
  6. "L'homme-individu est essentiellement famille, tribu, nation. Tandis que l'humanité, elle, n'a pas encore trouvé autour de soi d'autres Humanités pour se pencher sur elle et lui expliquer où elle va."

    (quoique...)
    ;)

    RépondreSupprimer
  7. j'ai un petit penchant... pour vos photos :-)

    RépondreSupprimer
  8. Je pencherais plutôt pour les deux quoique ça dépend des points de vue et de l'heure de la marée.

    RépondreSupprimer
  9. dans un sens comme dans l'autre
    j'aime plutôt...
    entre les deux mon coeur balance
    j'aime d'avance
    j'ai un penchant pour l'amour
    j'aime tout court !

    RépondreSupprimer
  10. Katy,
    Gloups.

    Charivarii,
    Body, ville fantôme, et San Francisco, été 2008. ;-)

    Kalamimimaty,
    Ah !

    Angelina,
    Emportés par le mouvement, nous ne savons plus qui mène la danse.

    Fishturn,
    Il n'y a plus d'architecte...

    Karime,
    un poème ambigu ? ;-)

    RépondreSupprimer
  11. L'axe est bon puisque les forces s'y équilibrent

    RépondreSupprimer
  12. ;-)
    (désolée, je n'ai pas trouvé plus éloquent pour traduire le fond de ma pensée)

    RépondreSupprimer
  13. Sans doute un peu des deux ...
    L'un plus que l'autre sans doute ...
    Cent doutes ... et plus encore ...

    RépondreSupprimer