17/05/2009

En vrac...



2) Je n'aime pas développer, tout développement m'éloigne de l'inconnu.

3) La raison est subtile, elle prend le masque de la vérité pour nous séduire mais elle est aveugle, sourde et muette.

4) On n’est jamais à l’abri sous un paradoxe.

5) L'homme sans ses constructions n'est qu'un animal sans nom.


6) C'est le déplacement des points d'appui qui donne l'illusion du changement...

7) Les objets contiennent notre vérité et déterminent notre destin.

8) Nous avons pris la mauvaise habitude de ramper dans les ornières.

9) Le réel me retient par la manche et m’occupe à tout va.

10) Trop fatigué après cette très longue journée pour tenir debout, même assis.

11) Le réel ne donne rien à voir. Ce que nous voyons n'est que le fruit de notre imagination, poussée par les mots qui l'encombrent.

12) Noir clair et noir foncé sont mes couleurs préférées.

13) Je parle pour faire du bruit, le sens m'échappe, toujours...

14) Le temps, c'est l'écriture du monde vu par les hommes, une ombre en forme de ride, portée par le réel.

15) Notre présence, en général, est plutôt une expérience improbable.

16) Nous sommes de passage, passants plus ou moins pressés par le temps...

17) Il reste toujours un mot, l'être est inépuisable, il gargouille sans fin...

18) ... n'être qu'onde et devenir lumière.

Bon, ben, voilà.

(collage des morceaux écrits récemment, ici où là, sous votre influence...;-)

19 commentaires:

  1. Sur la photo, caillou ressemble à un condamné à mort.
    Brrr !

    RépondreSupprimer
  2. En arrivant au monde, on découvre la tête des autres avant de découvrir sa propre tête. On ne peut s'évaluer que sous influence, être au monde c'est être aux autres. De quoi s'énerver et se mettre à construire des tours pour dire 'Je'.

    RépondreSupprimer
  3. bravo pour ces mots, caillou. Et pour les images aussi. Je reviendrai.

    RépondreSupprimer
  4. Amaryllis,
    Nous sommes tous condamnés à vivre et à mourir, un jour.

    Fishturn,
    Emporté par l'élan, j'irai même jusqu'à dire que la conscience individuelle n'est rien d'autre que l'analyse, par un capteur localisé, du bruit produit par le milieu dans lequel il est plongé.

    Shazam,
    La traduction instantanée, dans le code utilisé par les hommes, de l'enregistrement du bruit produit par les différents capteurs...

    RépondreSupprimer
  5. Merci.
    On est onde éparse
    lumière éparse.

    Versions Célestes

    RépondreSupprimer
  6. On approche du structuralisme :-)

    RépondreSupprimer
  7. "La vie vue d'ici faut dire, n'est que du bruit" ;-)

    http://fishturn.blogspot.com/2007/10/texture.html

    RépondreSupprimer
  8. Tiens la 16 m'interpelle quelque part...

    RépondreSupprimer
  9. je me sens souvent comme un animal sans nom
    et au fond, qu'est-ce que ça change
    la vie coule quand même dans mes veines
    peut-être un peu moins reluisante que dans les vôtres

    RépondreSupprimer
  10. Ecrits sous influences…
    Je ne retiendrai que les conditions, circonstances et contextes qui ont prévalu à l’existence de ce texte.

    RépondreSupprimer
  11. "Trop fatigué après cette très longue journée pour tenir debout, même assis." moi aussi caillou.

    RépondreSupprimer
  12. Versions Célestes,
    Notre conscience ressemble à une radio, petites ou grandes ondes...

    Fishturn,
    1) J’essaie de passer par une autre face, d’ouvrir, en votre compagnie, une autre voix ;-)
    2) Nos billets, en écho, raisonnent, chassant l’idée du temps qui passe...

     Fox,
    ... à la pelle, ou à la louche, continue d’explorer tes mémorables aventures, elles ont un parfum d’universel pour ceux qui ont traversé cette époque.

    Charivarii,
    Le soulèvement, en plein coeur, des questions en sursis !!!

    Metabôgos,
    Je me laisse bercer par l’idée que la pensée n’est rien d’autre, une onde, une vibration, une ligne mélodique que nous entendons quand nous nous rapprochons et tendons l’oreille.

    La Pingouine,
    C’est gentil d’avoir trouvé la force de venir jusqu’ici ;-)

    RépondreSupprimer
  13. 4) Oh yeah !
    6) ...
    7) ???
    8) désolée d'acquiescer
    10) ;-)
    12) idem
    13) ?!?!?!
    15) Cf O. Wilde
    16) oh yeah, bis
    18) ;-)))

    Ou du commentaire constructif...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  14. M.,
    C'est vilain de faire ça, ça m'oblige à tout relire

    7) Celle-là, je l'aime bien, elle cache un truc. (l'obscurité est le critère de la profondeur ;-)
    Pour se faire un début d'idée, il faut procéder par soustraction. Imagine ton monde sans les objets qui t'entourent, mesure les effets...
    13) On peut juste se distraire à l'intérieur d'une logique (dé)limitée.
    16) Le temps est vraiment l'illusion la plus étonnante que nous ayons inventée pour nous donner une contenance.
    18) Connais-tu : Taram Williamson, Bon Iver, Alela Diane, Daniel Martin Moore, Roma di Luna, Sibylle Baier, Whip, Emily Jane White ?

    RépondreSupprimer
  15. Alela Diane et Emily Jane White, oui. La bande à Cat Power, la même veine je veux dire, donc toutes mes meilleures amies ;-))
    Les autres, j'avoue honteusement que non, mais je vais tantôt y remédier.
    ;-)
    (ce n'est pas un toc, je souris toujours lorsque je passe par ici)

    RépondreSupprimer
  16. j'aime beaucoup la 6) "C'est le déplacement des points d'appui qui donne l'illusion du changement..."
    j'aime bien cette vision du changement.

    RépondreSupprimer
  17. M.
    Tous sur le même fil.

    Lafailli,
    Décrire le monde sans passer par les mêmes points modifie la perception. ;-)

    RépondreSupprimer
  18. "C'est le déplacement des points d'appui qui donne l'illusion du changement..."

    "Je parle pour faire du bruit, le sens m'échappe, toujours..."

    "Le temps, c'est l'écriture du monde vu par les hommes, une ombre en forme de ride, portée par le réel."

    J'aime beaucoup celles là !

    RépondreSupprimer
  19. bien vu, vraiment...(il est bien ce blog)
    je ne fais aucune différence entre la réalité et le réèl, juste je m'en fous. C'est grave ?

    RépondreSupprimer