24/06/2009

24 juin 2009



J'ai souvent eu la tentation d'arracher le masque, d'être là comme je suis, sans effet. Un sourire intérieur m'a toujours retenu et je suis resté en retrait, m'astreignant à me soustraire. Aujourd'hui, j'ai décidé de passer le cap, de me raconter, au quotidien, de libérer cette parole contrainte... On verra bien. Me voilà donc, ici et maintenant.

12 commentaires:

  1. Waaaaaahhhhhh...
    Ca fait bizarre. L'effet est très fort, tu nous as présenté tellement de masques !

    M. et moi, on trouve que y'a du grand Clint Eastwood dans ce regard. Son regard d'aujourd'hui, mais dans un plan de Sergio Leone.
    Une sorte d'acuité attentive, à l'affut, mais on ne sait pas encore à l'affut de quoi...

    En tout cas, c'est plaisait de te rencontrer différemment Caillou.

    Curieux de voir la suite...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Aude, menfin, M., Angelina, Simon,
    Bon, allez, hop, à l'eau. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Oublie pas ta bouée au cas où...

    RépondreSupprimer
  4. Se dévoiler pour se voiler avec un autre masque : l'écriture ?

    RépondreSupprimer
  5. Fox,
    La bouée, elle s'est installée il y a longtemps.

    Elle-c-dit,
    J'ai renforcé artificiellement le contraste, une forme de maquillage.

    Jap-zac,
    L'écriture est un drôle d'exercice, une ligne tendue entre le monde et soi sur laquelle on trace les motifs d'un équilibre.

    RépondreSupprimer
  6. Les deux petits traits... là...
    Le soleil ???
    Non, une grande concentration !

    RépondreSupprimer
  7. Libérer cette parole contrainte...
    Enfin !!

    ;)

    RépondreSupprimer