25/06/2009

Un jour comme les autres

Le travail m'érode, il m'occupe et je lui appartiens. Il me tient debout dans un rôle que je joue au quotidien, pantin articulant. Je me déplace sur la scène, déclame le texte, observant discrètement mon agitation, écoutant ces paroles étranges qui semblent sous contrôle. Souvent je me demande d'où vient ce savoir faire, ce savoir dire, précis, efficace, sérieux et clair, cette langue étrangère apprise sans méthode. Elle s'insinue en moi, me traverse, et je n'ai qu'à bouger les lèvres pour qu'elle se fasse entendre. A quoi pensent-ils quand ils répètent, encore et encore, leur texte, les enseignants, les médecins, les politiques, les marchands... Ont-ils conscience du bruit qu'ils font ? Croient-ils à leur discours bien rodé ? Il m'arrive de déraper, de perdre le fil, de laisser une phrase sombrer, la tentation du renoncement, du silence, mais, devant les regards encourageants, la machine repart, je fais comme si de rien n'était et je parle, remue et remplis le vide. Voilà.

7 commentaires:

  1. C'est l'érosion qui donne au Caillou cet aspect si poli. Le Caillou s'agite encore et le vide s'emplit d'un bruit singulier, le bruit du monde, ou plus universel celui de l'être...

    RépondreSupprimer
  2. oui fox je pense comme toi....être.
    la présence de la pierre
    c'est pas pour rien que tu t'appelles caillou

    RépondreSupprimer
  3. J'm'a gouré sur les derniers mots... Pô grave mais j'insiste : ou plus universel, celui d'un être. Voilà qui fait prétentieusement nietzschéen mais qui convient davantage... et toc...

    RépondreSupprimer
  4. grains de sable qui s'écoulent dans le sablier du temps...

    RépondreSupprimer
  5. Pas le temps de developper un commentaire, mais juste te dire, Caillou, que j'apprécie beaucoup ces mots d'un nouveau style, d'un nouveau souffle. Fin voilà, j'aime bien quoi.
    (en dirais plus quand de temps je disposerais...)

    RépondreSupprimer
  6. Fox,
    Touché.

    Menfin,
    Nous sommes le gardien de l'être, son berger comme dirait l'autre ;-)

    Anne,
    Le sablier matérialise le temps et son action.

    Simon,
    ;-))

    RépondreSupprimer
  7. Tout le monde a peur du vide. Montre le donc jusqu'à sa limite. Sans rien dire tu diras beaucoup. Pfff fait bien comme tu veux :))))

    RépondreSupprimer