16/09/2009

Effet secondaire




Je reste en suspension, en équilibre sur cette ligne imaginaire qui sépare le dedans du dehors.

14 commentaires:

  1. Je crois que nous sommes en phase "d'élaboration secondaire" complexifiée par des doubles qui ne jouent pas toujours en notre faveur...en quelque sorte. Ils ont bien évidement un parti pris.
    Pour moi c'est fait d'un côté, reste l'autre...

    En tout cas j'ai déjà gagné le pouvoir de me balader partout, sous n'importe quelle forme, et passant de l'une à l'autre des réalités. F peut mettre le nez dehors. C peut débarquer ici.

    Je suis tout content comme avec un nouveau jouet. Paradigme de programmation orientée objet (d'un point de vue purement technique).

    Ca fait bizarre. Un peu.

    RépondreSupprimer
  2. Ouaip... pi i'va falloir songer à se replier en dedans... i'commence à cailler...

    RépondreSupprimer
  3. C'est la ligne verte ... je vois une grande différence entre suspension (état) et équilibre (recherche)
    Encore une fois, le dedans ou le dehors n'est qu'une question d'angles et de perspectives

    reste la mystérieuse ligne verte

    RépondreSupprimer
  4. C'est peut être cette ligne subtile, qui sépare humour et ironie ?

    RépondreSupprimer
  5. L'équilibre, c'est le plus difficile à trouver...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai décidé de rejoindre ma source souterraine, car j'ai un peu de mal en ce moment avec "mon dedans" et mon "dehors"... Recentrage...

    le bonjour du jour qui fait beau et que je sors mon nez d'mon terrier...

    RépondreSupprimer
  7. L'inaccessible harmonie humaine est une photo. Un instant.

    . Alors qu'est ce qu'on fait ?
    . On attend.
    . Quoi ?
    . Qu'il atterrisse.
    . Il ne bougera plus.
    . Peut être.
    . Pourquoi on attend alors.
    . Qu'est ce qu'on peut faire d'autre ?
    . Il n'a même pas de nom.
    . On attend quelque chose qui n'a pas de nom.

    RépondreSupprimer
  8. les arbres ne semblent pas avoir de racines, comme si on les avait posés là. Comme la silhouette, découpée, posée là vous ne pouvez pas retomber sur vos pieds, j'imagine ;) Salutations
    Corey Almero

    RépondreSupprimer
  9. Le soleil a rendez vous avec la mer.

    RépondreSupprimer
  10. Christophe 1,
    Les réalités sont des continents reliés par des passages secrets.

    Fox,

    Nouille martienne,
    Impossible d'ouvrir la boîte pour comprendre ce qui sépare le dedans du dehors.

    Fishturn,
    L'humour regarde de trop près, l'ironie sur le côté.

    Blue Jam,
    L'équilibre, c'est le mouvement sans la chute.

    Elle-c-dit,
    Il n'y a pas de centre, d'ailleurs, de quelque part, on ne peut que tourner et s'enivrer.

    Cambleff,
    Pas bavard.

    Fish 2,
    "L'inaccessible harmonie humaine est une photo. Un instant." La preuve par l'image que le temps est une illusion.

    Corey,
    Mes photos ne sont jamais truquées. Ce sont les idées qu'on se fait sur le monde et l'être qui sont trafiquées.

    Christophe 2
    Ce jour-là, il a plu mais plu, que d'eau.

    RépondreSupprimer
  11. Ho je voyais la silhouette mal découpée mais si vous sautez aussi haut, vous avez raison, on se fait des idées fausses; et puis on s'en fout l'essentiel est invisible pour les yeux.
    Cordialement
    Corey Avaro

    RépondreSupprimer
  12. La marche, en étirant le temps, approfondit l'espace.


    BIen aimé la référence à Einstein..volontaire?

    Un délice de vous lire

    RépondreSupprimer
  13. noèse,
    1) Involontaire, bien sûr, je parle sans y penser. :-)
    2 )Merci

    RépondreSupprimer