22/11/2009

1988


Avant, j'occupais mes dimanches autrement. Je peignais et écrivais des choses du genre : " Puis-je (suis-je capable de) concentrer mon énergie sur un projet, un objet sans me disperser, m'éparpiller... " 
Vingt ans plus tard, je peux répondre facilement, c'est NON.


13 commentaires:

  1. Courir une heure et demi sans lâcher... Ca compte ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est du Woody Allen cette réplique.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. Vous me rassurez !! rires
    Mais quel superbe éparpillement que le vôtre .

    RépondreSupprimer
  4. Fox,
    C'est le sérieux mis à l'épreuve.

    March,
    C'est instructif de découvrir ce qu'on n'est pas, ça donne une idée du contour.:-)

    Cheserasera,
    Récemment, je lisais des fragments autobiographiques de Pamuk et j'étais impressionné par la force d'abnégation dont sont capaples certains hommes pour édifier leur oeuvre. Il racontait qu'il passait, depuis trente ans, dix heures par jour à son bureau, seul, pour écrire...

    RépondreSupprimer
  5. Quatre jours par semaine, je passe 9h30 dans ma classe. Je me sens un peu seul... Ca compte ?

    RépondreSupprimer
  6. Fox,
    Les travaux forcés... et pas question d'envisager une réduction de peine par les temps qui courent ;-)

    RépondreSupprimer
  7. l'abstrait, je connais peu. Mais j'aime bcp cette oeuvre. Tu peinds toujours ?

    RépondreSupprimer
  8. Choule,
    1) Merci
    2) Abstrait, c'est une manière de continuer sans se préoccuper du sujet, de se distraire avec l'ombre et la lumière, la surface, le geste, voire la couleur pour ceux qu'elle habite. ;-)
    3) Je ne peins plus, je n'ai jamais aimé le métier, tous ces trucs qu'il faut sortir, préparer, coller, enduire... nettoyer... mais j'envisage quand même, dans les prochaines années, d'y retourner :-)

    Katy,
    T'es où ? Tu fais quoi ? Tu parles rarement et bizarrement... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. L'homme qui savait dire non...

    :o)

    RépondreSupprimer
  10. Y a quand même un petit truc qui est arrivé pile poil jusqu'ici, c'est toi.

    RépondreSupprimer
  11. Avant, je m'occupais des dimanches autrement. J'écrivais en peignant les choses du genre : Je ne peux, je suis incapable de concentrer un objet, sans disperser mon énergie,l'éparpiller.."

    RépondreSupprimer