07/11/2009

Q.C.M.


Lors d’un échange virtuel privé, la question a surgi ;

 “Sont-ils tous fous ou bien est-ce moi ?”


 J’ai répondu comme ça vient, en me mettant en mots, et j’ai donc pu apprendre ce que j’en pensais. 



a) La folie est déterminée par l’idée que chacun se fait de la norme, des limites, de l’acceptable, de l’insupportable, blablabla...  Bref, de ce qui fait son monde, des efforts qu’il fait pour rester debout. Le fou est celui qui dérange le désordre établi, qui menace l'équilibre, dehors comme dedans...



b) Les hommes sont tous fous mais ils n’y peuvent rien, c’est dans leur culture, cet état second dans lequel ils entrent en arrivant sur Terre.


c) La “folie” (maison vide) peut avantageusement être remplacée par “possession”. Le fou est celui qui est possédé, celui qui ne s’appartient pas ou plus... 




12 commentaires:

  1. Je crois (en vérité je mens, j'en suis sûr) qu'aujourd'hui nous confondons le fou et le criminel. On amalgame quoi. Maladie du langage de l'époque. Prurit lexical, coalescence sémantique au forceps...
    Sur la route on voit des fous qui vous font des crasses. Aux States on voit un fou tuer en criant je ne sais quelle ineptie (un psychiatre apparemment, donc no comment), je ne vais même pas entamer davantage cette liste, bien trop fastidieuse.
    Ce ne sont que de petits, de gros criminels, actuels ou en devenir. Le fou dérange. Ouf ! de l'air dans le confinement des idées reçues.
    Déranger me semble un bon viatique aujourd'hui.
    Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience,comme l'écrit René Char.

    RépondreSupprimer
  2. Fox, pour tenter un début de réponse, je vais développer mes 3 petits points:

    a) "La folie est déterminée par l’idée que chacun s'en fait". J'aurais dû ajouter, (mais j'ai plutôt tendance à soustraire quand il faut opérer), "La folie est déterminée par l'idée que se fait la société d'elle-même." Elle déplace, à chaque époque, les lignes de partage et le curseur. J'irais même jusqu'à dire que c'est l'économie qui donne les définitions en fonction du stock de molécules que les laboratoires ont à écouler.(c'est écrit sur la boîte)

    b) La folie des hommes est le produit de la culture dans laquelle ils sont immergés et englués. Personne ne peut y échapper. Le paradoxe, c'est alors que seul le fou s'en rende compte et tente d'y échapper... (on connaît l'issue)

    c) Folie est donc un mot creux. Pour mieux comprendre sa névrose, il faut examiner ce qui nous possède. On peut alors mesurer l'ampleur des dégâts.

    (Char est parfois intempestif ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Je vous rassure donc tous. Comme vous êtes fous tous ensemble, vous le voyez pas :)))

    RépondreSupprimer
  4. La folie ne s'inscrit-elle pas dans la tension en chaque humain entre la relation à l'autre, l'adaptation au social, et les expériences primaires psycho-affectives?
    Pour certains l'équilibre est trouvé.Pour d'autres il est bien fragile, et selon les règles sociales en cours il est plus ou moins "aidé".
    Nous nous vivons "fous" si l'autre fait collusion avec la pression sociale ou ne nous aide plus à la modérer?

    RépondreSupprimer
  5. Jette un oeil sur les com d'hier.
    "Je lève une main sans verre"...à la santé de Christophe.

    RépondreSupprimer
  6. Deviche,
    Si nous sommes tous fous, la folie devient la norme et hop, par voie de conséquence, tu es le seul à te faire remarquer :-)

    Kiat,
    Ce que j'aime dans cet espace, c'est me mettre en mots, faire le point (au sens géométrique) puis, à partir de vos points (de vue), de faire des liens (les relier) pour dessiner une figure (une forme donnée à la pensée).
    Je n'ai pas d'idée sur la folie, c'est un concept liquide. Il s'adapte à chaque personne, à chaque époque. Il ricane à la face de chaque homme, il frappe à la porte de chaque société.
    ( voilà un bon exemple de l'intérêt que je trouve ici : tu n'aurais pas formulé ton commentaire sous cette forme avant d'intervenir ici, et je n'aurais jamais pu écrire ce que je viens de trouver avant ton commentaire..;-)

    RépondreSupprimer
  7. Il y a dans vos énoncés les signes prononcés de la folie interprétative et pour certain une bipolarité lunaire qui présage d'un funeste destin psychiatrique. Je vous en conjure revenez à plus de raison, allumez la lumière et attachez vous aux montants d'un lit médicalisé. Attendez patiemment le passage du facteur habillé en blanc et souhaitez lui bon appétit car il me semble que nous entendons tous la voix de l'horloge parlante.

    RépondreSupprimer
  8. ? Tu crois que je suis folle moi aussi ?

    Quineseditpas

    RépondreSupprimer
  9. Jac-zap,
    Si l'image est le reflet de l'esprit, et comment pourrait-il en être autrement, alors vous accrochez sur l'écran des pensées bien torturées, saisissantes ;-) J'ai une photo prise à Rome qui me fait penser à vous. Je l'avais posté puis supprimé. Elle fera sûrement surface un jour ou l'autre.

    Quine,
    Croire soulage paraît-il...;-)

    RépondreSupprimer
  10. je cherche encore ce rayonnage ou il m'est impossible d'acheter cette belle et grande folie ...

    RépondreSupprimer
  11. Le fou est celui qui est possédé, celui qui ne s'appartient pas ou plus... parce que s'il s'appartenait, la réalité, celle qui lui est insupportable le submergerait à nouveau, il préfère donc s'en échapper.
    C'est la même chose que pour l'automutilation : se faire physiquement du mal permet d'échapper au mal moral autrement plus douloureux.

    RépondreSupprimer
  12. jéza,
    Le langage autorise toutes les folies...

    Cantabile,
    Pas gai tout ça ;-)

    RépondreSupprimer