16/12/2009

La réponse de l'ombre

New York

C’est dans le face à face muet que je cherche qui je suis et deviendrai...

15 commentaires:

  1. Waaah... Excellent. J'adore !
    Rien qu'en ayant vu cette image ici rendue en photo, tu te défini un peu non ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. "rien, le vide, bavard. Dehors, tout, le monde, silencieux. Entre les deux, l'homme, de passage."

    De ton amour descendant tu me fait gravir les marches de l'infini errant.

    Pourquoi le silence, potence, toi et moi suspendus à la corde du temps, tendue comme un arc.

    RépondreSupprimer
  3. Seul? à deux venir!
    Ulysse bande l'arc pour Pènèlope patiente.
    Le temps c'est deux là, tente.

    RépondreSupprimer
  4. Il se passe quelque chose de fort ici. On (je)repars toujours plus riche d'une visite chez vous.

    RépondreSupprimer
  5. ça me rappelle une expo. où je ne suis pas allée mais que l'on continue de me faire payer quand même.
    Je reste dans l'ombre.
    Au diable les mesquineries

    RépondreSupprimer
  6. "Elle avait mis, pour se rendre chez le docteur, une petite robe bleu tendre, décolletée très bas en pointe et portait un mantelet de lynx, accompagné d'une toque assortie. Des chaussures de serpent teint complétaient l'ensemble.
    _Viens Chatte dit Colin.
    _Ce n'est pas du chat, affirma Chloé. C'est du lynx.
    _C'est trop dur à prononcer dit Colin."

    Boris Vian

    L'écume des jours
    Les jours d'écume

    RépondreSupprimer
  7. -"donne lui donc à boire." dit mon père.V.H

    RépondreSupprimer
  8. Simon,
    :-) Oui, en la regardant, j’ai pensé : “ c’est juste ça, se mettre à distance, être le spectateur de l’acteur que l’on joue “ Le choix de la scène et du texte, des compagnons de route.

    Fish,
    J’ai lu hier “L’intranquille”, récit en forme d’autoportrait de Gérard Garouste. Page 122, il écrit : ... “Le délire m’avait mené vers mes parents et les églises, vers les vérités de mon enfance. Je voulais en découdre avec elles, et il m’avait fallu tout le charisme du fou, toutes ses certitudes pour oser enfin l’affrontement. “Un fou n’est pas quelqu’un qui a perdu la raison mais quelqu’un qui a tout perdu sauf la raison.” J’ai lu cette phrase quelque part, je ne sais plus où, mais je la trouve juste....”

    (Je ne le rejoins pas sur cette affirmation mais je devine qu’elle te parlera, te fera frissonner, au moins ;-))

    Dusport,
    J’ai lu ta lettre, tes déchirures sur la toile, découvert le monde parallèle que tu inventes et animes. Tu es à l’aventure, je te salue. :-)

    Constance,
    Engager l’être dans la liberté, un métier d’avenir...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    Je suis déjà passée, je n'ai rien dit.
    Je repasse (rai).
    Merci.

    RépondreSupprimer
  10. Plume,
    J'ai beaucoup aimé votre cousin (?:-), cher à Michaux.

    RépondreSupprimer
  11. Sans doute conviendrait-il d'énoncer que le face à face est immobile et que chacun tient sa distance.
    Qui franchira l'interdit du socle pour répondre aux questions ?

    RépondreSupprimer
  12. Cher Eric

    Merci beaucoup pour ce passage, mais tu sais, tu dois savoir, que plus rien des mots ne pourrait me faire frissonner. Ni de la mémoire, et moins encore de l'inconscient, que je sais désormais structuré, limité par avance de barrières à ne pas franchir. J'ai dérobé tous les accès. Aujourd'hui c'est la synchronicité de mon corps aux objets, les mouvements, et tout le reste du monde, et tous les inconscients qui m'effraie ("Je marche dans vos têtes" ?).

    J'ai l'outrecuidance de m'accrocher sur une fréquence interdite, elle est ma fascination, mon projet, ma démesure et ma perte.

    Je ne sais pas comment je dois m'en sortir. J'ai fais ce qu'elle m'a dit, je me suis accroché. Je l'ai fait pour lui. Il va bien falloir que je sorte d'ici si je veux pouvoir l'aider.

    Une âme contre une autre. J'ai payé.

    RépondreSupprimer