06/12/2009

Renversant


Ce n'est pas le temps qui passe, c'est moi...

9 commentaires:

  1. Le temps, n'a rien d'une surface. L'homme d'une trace, ni l'inverse. Nous sommes une toile. Surfaces de réceptions, on reçoit, on ingurgite, on renvoie. Parfois; juste un support de ricochet, pour quelques évènements, que peut être on a cru voir passer, et encore, on est pas bien sûrs.

    Le temps, c'est le tiens, tant que tu sera. Il est avec toi, en toi, passe avec toi.

    Toute autre considération vaut pour l'éternité, non pour ta vie. On y viendra.

    RépondreSupprimer
  2. J'heure
    Je minute
    Je seconde

    je seconde ? tiens...
    ...tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic tic...
    tu entends ?
    Tu entends... je passe...

    RépondreSupprimer
  3. et comme le temps n'est pas linéaire mais circulaire, il passe et repasse mais nous, bougeons-nous ?

    RépondreSupprimer
  4. Oh Oh,
    Le temps est le personnage de fiction dramatique que nous avons inventé pour donner un nom à notre impensé et lui faire jouer le grand rôle explicatif ...
    ( d'après F. Jullien)

    RépondreSupprimer
  5. le temps passe
    moi je ne me lasse
    toujours je passe

    RépondreSupprimer
  6. Une toile parmi des milliards d'autres toiles.....qui s'effacera et disparaitra. Le "je" est un jeu de dupe, le "moi" une illusion de l'orgueil, sa "singularité" un conte existentiel.

    Qui se souvient du vol des rêveurs entre les piliers des cathédrales ?
    Leurs fientes ont disparues, effacées par les déambulations incessantes de tous ceux qui ont tournés en rond autour du "je".

    RépondreSupprimer
  7. et tu peux triturer tes toiles autant que tu veux, tu n'arrêteras pas la minuterie.

    RépondreSupprimer
  8. De passage devant l'inextricable du temps, plus il passe, plus j'aime à le passer à la découverte de belles émotions comme celle affichées sur votre blog, merci.

    RépondreSupprimer