18/03/2010

Facebook, encore...




Berlin, février 2010



1 commentaire:

  1. Tout y est : lui en noir ; elles, ses pensées sorties de tête, immaculées, alignées, prêtes à se ponctuer, se conjuguer, s'exclamer, se révéler, se dire quoi !

    Mises en têtes, elles ne sont pas "impersonnelles" - elles sont bien d'homme, elles lui ressemblent.

    Mais encore ? Oui, il leur manque quelque chose pour maintenant se dissméminer. Qu'à cela ne tienne : le son de la parole est la flagelle de chacune d'elle ...

    Vois, déjà elles s'animent ! Voyons, dis quelque chose ? ;-)

    RépondreSupprimer