22/06/2008

Suite impromptue...

"Tout ça pour rien", à entendre comme "Tout ça pour ça, et rien d'autre"




(Avant)
On commence toujours par expliquer nouveau phénomène avec de vieilles idées, celles que le temps a accumulées dans notre boîte à outils. Pour se débrouiller avec l’inattendu, l’inexplicable, on préfère bricoler un vague mécanisme, une extension bancale plutôt que d’accepter de lâcher prise et se retrouver en terre inconnue, sans repère ni mode d’emploi. Ce n’est que quand le phénomène insiste et résiste qu’on se risque à sortir de ce chez soi....

(Au début)
Quand on arrive la première fois ici, on agit avec des réflexes conditionnés ailleurs, on se déplace sur des rythmes déjà connus, journal intime, correspondance, billet d’humeur, communication, bavardage, témoignage, récit, essai, poèmes...

On n’imagine pas un seul instant qu’on entre dans un autre monde, situé entre le rêve et la réalité.

(à suivre, peut-être...)

19 commentaires:

  1. J'ai lu hier soir tes deux notes précédentes. Je les ai trouvées lumineuses, réconfortantes. Je découvre celle-ci ce matin. Merci de m'avoir interpellée. Je reviendrai lire et voir tout ce qui m'avait échappé par ici.

    RépondreSupprimer
  2. Odiladit et c'est très aimable ;-)

    L'histoire a commencé avec "Dehors dedans", elle s'est poursuivie dans "La révolte des Formes", Caillou est apparu dans "Cailloux et coquillages". Aujourd'hui, il traîne son existence ici. Dès que les premiers inconnus sont apparus, ce monde s'est animé, s'est détaché de l'autre. C'est devenu une province autonome, une terre insolite, troublante.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour öö,

    Tes derniers posts démontrent bien en quoi le Virtuel, si attirant, peut devenir un mirage de sable. Ce mirage que la réalité sait si bien nous plomber.

    Enfin j'ai lu il y un mois, "Virtuel mon Amour" par S. Tisseron, qui m'a apporté beaucoup par rapport à la relation que je peux avoir avec ce virtuel.

    RépondreSupprimer
  4. Disparu ? Non ! demande l'adresse de mon blog à V...
    je suis sot, mais pas méchant :))
    C'est seulement mon habitude régulière de changer d'air, de dépoussiérer, d'enlever surtout les toiles d'araignée (et de semer les chieurs ! ) :)))
    Joruri

    RépondreSupprimer
  5. Sil,
    Je ne sais pas pourquoi tu as disparu de ma liste, je vais réparer ça dès qu'il fera moins chaud.
    Ce n'est pas un mirage, c'est un monde à part. On s'y perd quand on s'y déplace comme dans l'ancien. Les mots commme "virtuel" et "réel" créent des catégories trompeuses... Je pense que l'enjeu est autre, qu'il s'agit de la découverte d'un nouveau monde, une terre inconnue sur laquelle il va falloir apprendre à vivre, une extension de l'être qui l'ouvre à d'autres dimensions. Le destin de l'homme n'est pas scellé. (enfin je dis ça, j'en sais rien, bien sûr, je me prête à ce nouveau Je ;-))


    JoRuri,
    Ici, je ne demande pas et je reçois, avec un plaisir enfantin, ce qu'on me donne. " Les chieurs" ? Ils n'existent que si on les nomme ainsi, ce ne sont que des hommes mal pliés. Tu peux te faire disparaître de la toile, mais l'araignée restera accrochée à ton plafond.(ce que j'en dis, c'est histoire de papoter un peu, je ne juge pas, je m'étonne du décalage entre le message d'amour et l'acte de rejet, comme je ne te trouvais plus, j'ai dit d'autres trucs, niaiseux, chez V. ;-))

    RépondreSupprimer
  6. Bah. c'est plutôt flatteur. Mais vous ne vous mettez pas un peu la bourre avec le varne au sujet des blogs qui restent ou partent ?
    On peut avoir des raisons bonnes et sensées de vouloir changer d'air ! Moi le conservatisme du lieu, les habitudes qui s'installent, au bout d'un moment
    ça me tue un peu l'inspiration, j'ai besoin de me risquer dans un nouveau truc, retrouver surtout l'émotion de déflorer un espace vierge...
    Ah, les premières fois, quel pied !!!
    :-)
    Joruri

    RépondreSupprimer
  7. Tes derniers messages me rappelle celui de François Matton : http://francois-matton.over-blog.com/article-20534892.html
    ainsi que celui du lendemain ;
    ça fait 3 semaines que je le guêtais, que je pensais qu'il était en vacances, ou qu'il s'occupait d'une nouvelle expo ou encore j'étais désolée en pensant qu'il avait laissé tombé son blog ...
    NON, OUF ; j'aime beaucoup ce qu'un de ses copains lui a dit : "l'avantage de faire un blog : quand tu es mort les autres s'en aperçoivent"

    RépondreSupprimer
  8. Entièrement d'accord avec toi, Joruri. Pour le changement d'air, et l'inspiration.

    La Vie c'est pour tenter des expériences, avancer, sinon ben tu regardes les mouches voler, les trains passer et paf, c'est déjà The End.

    RépondreSupprimer
  9. Et puis ça devenait trop lourd. Ca commençait à me paniquer.
    je devais vraiment reprendre haleine. j'ai d'autres soucis hors net qui sont sérieux. ce n'est pas que je n'ai pas aimé mes lecteurs, c'est que je ne me sentais plus la force d'être aussi honnête, spontané. j'allais finir par écrire pour écrire. Ca aurait été à l'opposé de ce que j'ai essayé de dire...Ca devenait artificiel...Le coeur se retirait des mots...
    Joruri

    RépondreSupprimer
  10. Bon...
    Varna m'ayant soigneusement pris la tête j'ai refais grésils. Et je t'y ai mis en lien.
    On se fait un gros bisou (caillou, chou, genou, etc...) :))
    Joruri

    RépondreSupprimer
  11. Cette image. Voudrait-elle nous faire croire qu'on peut faire autre chose que souffrir ? Du moins pas encore, elle n'est noire de fumée. Quelque part l'âme (âmotion) est étrillée d'un feu qui ne trouve pour lui faire face que des pleurs d'enfant.
    Il y a toujours un avion pour troubler la ronde, et toujours un crachat sur la face aimée. j'en ai les manches trempées.
    les gens qui n'ont rien se reconnaissent à leur talent de haine et de jalousie. c'est alors la contagion du vide fier d'être un envoyé du néant.
    On ne peut pas toujours trottiner dans les nuages, il faut éviter d'inspirer...le kérosène. :))

    RépondreSupprimer
  12. Cantabile,
    Merci pour cette découverte.

    Sil,
    Mouais, un peu vache, non ?

    JoRuri
    (en vrac)
    A midi, j’a pris le temps de sourire, alors que je n’avais que neuf minutes pour avaler deux fruits. (ce qui est long et court à la fois)

    un bisou pour ça, aussi ;-)

    Changer d’air ? L’air est le même partout.
    Trop lourd ? C’est toi qui appuies.

    Cette image (vue du ciel au dessus des nuages) évoquait notre terrain de je, entre ciel et terre, ni tout à fait chair, ni tout à fait esprit, un entre deux indéfinissable, inconnu.
    Je suis content que tu aies choisi de rester ici, parmi nous. Il est impossible de partir, maintenant, sans se perdre. Où irais-tu, seul ? On ne quitte pas le monde, c’est insensé. (Ce développement ne t’est pas destiné, en particulier, il traduit ma tentative de décrire les conditions de cette nouvelle existence. Il exprime mon sentiment, je ne peux plus vous quitter)

    “Quelque part l'âme (âmotion) est étrillée d'un feu qui ne trouve pour lui faire face que des pleurs d'enfant. Il y a toujours un crachat sur la face aimée. j'en ai les manches trempées. Les gens qui n'ont rien se reconnaissent à leur talent de haine et de jalousie. c'est alors la contagion du vide fier d'être un envoyé du néant. On ne peut pas toujours trottiner dans les nuages, il faut éviter d'inspirer...le kérosène. “
    Je suis sensible à cette manière de s’insurger mais je n’aime pas quand tu parles comme ça, ça accentue la détresse.

    (Et dire que j’ai plein d’autres trucs, dits sérieux, à faire, qui m’attendent un peu partout ;-)

    RépondreSupprimer
  13. Pour développer öö, par rapport à mon commentaire très raccourci :

    Ce que nous vivons, les expériences bonnes ou mauvaises, surtout les mauvaises, demandent à être penser, panser pour un mieux être.

    Il arrive que le recul ne puisse se faire, que vers la fin de vie ou pas du tout et les regrets arrivent d'avoir été si malvoyant.

    La lucidité demande du courage, admettre ses responsabilités dans ce qui nous arrive.

    Ce n'est pas donné à tout le monde de suivre ce chemin.

    En me relisant, ce n'est pas construit comme un argumentaire, mais les idées générales y sont...

    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  14. Sil,
    prendre les raccourcis, à fond dans les virages...

    1 ;-)) "vache" c'était pour : "tu regardes les mouches voler, les trains passer"

    2) à l'opposition "malvoyant" et " bienvoyant", je substitue "malveillant" et "bienveillant", je pense qu'il faut être bienveillant avec soi et avec les autres, que le prix à payer est le même mais l'effet bien différent.

    3) La vie nous propose une multitude d'expériences, certaines se jouent dans l'instant et d'autres dans la durée, je pense que celles qui s'inscrivent dans la durée forment un plus joli destin,

    4) je pense qu'il existe des vertus qui protègent et facilitent le trajet, le courage, la fidélité, la sincérité et l'humilité.

    5) Je pense aussi que l'humour et la poésie permettent d'échapper au putain de sérieux qui découle de tout ça.

    .../...

    RépondreSupprimer
  15. un petit sourire en passant
    ce monde là est aussi réel que l'autre
    et c'est bien pour cela que mon sourire te fait sourire aussi..:)

    RépondreSupprimer
  16. Voilà un vrai bon conseil !
    "Prendre les raccourcis, à fond dans les virages..."
    Aller c'est parti on se met tous aux phrases nominales ! :-P
    Je me r’souhaite de bonnes vacances et je vous embrasse pour la route, wow quelle folie !

    RépondreSupprimer
  17. Tiens j'ai pensé à toi en faisant cette photo... : http://cantabile.over-blog.fr/article-21529057.html
    J'attends de te retrouver.

    RépondreSupprimer
  18. If you could give more detailed information on some, I think it is even more perfect, and I need to obtain more information!
    runescape powerleveling

    RépondreSupprimer