02/10/2009

Comment ça marche...




En marchant, le corps échappe à son identité, il l'abandonne sur le bord du chemin. Le marcheur n’a pas d’histoire, il est géographie. Il fait tourner la terre par la seule force de son pas, prouvant que le monde existe.

16 commentaires:

  1. Marcher sur Échiquier d'Adelson.

    RépondreSupprimer
  2. Attention!Warning,! Cuidado "On" commence à courir, le globe va accélérer, la révolution cette fois durera ce que dureront nos petites jambes.

    RépondreSupprimer
  3. Si on prend l'identité dans le caractère de ce qui est un, je dirais, si vous me le permettez cher Caillou, que la marche affirme cette identité et pour le coup, le corps ne fait plus qu'un avec elle. Enfin débarrassé des multiples parasites identitaires nous habitant, nous sommes un tout et un seul et tain' ça fait du bien... et oui le monde réel existe... à la tienne...

    RépondreSupprimer
  4. là des mains tendus qui bourgeonnent vers le ciel et ici une feuille arrachée par le vent qui virevolte ...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien l'idée de faire tourner la terre en marchant...

    RépondreSupprimer
  6. "Habillez-vous ! Un pantalon !
    souvent trop court, parfois trop long.
    Puis veste ronde !
    Gilet, chemise et lourd béret
    Chaussures qui sur mer feraient
    Le tour du Monde !..."

    Chanson de prison

    RépondreSupprimer
  7. Bande son : Missing Pieces [Recoil]

    RépondreSupprimer
  8. Ah nos mimes !!!4 octobre 2009 à 10:37

    BREAKING THE HABIT

    RépondreSupprimer
  9. Iggy Pop Heart is Save

    RépondreSupprimer
  10. Dusport,
    Marcher n’est pas un sport. C’est le seul moyen de ralentir.
    ( Courir, c’est autre chose, c’est tenter de s’échapper et finir, toujours, par se faire rattraper :(

    Fox,
    Oui. ( j’ai trop plié ;-)
    Aujourd’hui, mes billets sont ma mémoire. En quelques mots, ils m’évoquent des lieux, des lectures... Celui-ci vient retenir les longues marches de l’été en Irlande, le tour du Mont Blanc, et la lecture de “Marcher, une philosophie” de Frédéric Gros. Je fais un travail de réduction, je plie et replie jusqu’à ne conserver qu’un minuscule morceau...


    Jéza,
    Les mots sont aveugles, les paroles muettes.


    Elle-c-dit,
    ... et ressentir la gravité du monde.

    RépondreSupprimer
  11. L'usage du monde - Nicolas Bouvier (pas lu)

    RépondreSupprimer
  12. Par la force de l'esprit ça marche aussi...

    :)

    RépondreSupprimer
  13. C'est pour te demander si je pouvais publier ces mots sur http://smallpaths3.blogspot.com/
    Bien à toi

    RépondreSupprimer
  14. Derviche,
    Mes mots et images sont libres de tous droits. C'est donc avec plaisir que je les lirai ailleurs, dans tes vibrations lumineuses.
    Amicalement.

    RépondreSupprimer